Considéré comme le financier du génocide rwandais, recherché par Interpol, Félicien Kabuga était l’un des fugitifs les plus traqués au monde depuis vingt-cinq ans. Il a été interpellé ce samedi à 6h30 par les Gendarmes de l’OCLCH, lors de l’opération « 955 » conduite avec le groupe d’observation et de surveillance (GOS) d’Ile-de-France et un peloton d’intervention de la Garde Républicaine. Il devrait être écroué en attendant son extradition.

Sur le même thème : Soupçonné de crimes de guerre, un Djihadiste syrien arrêté par l’OCLCH

Il était activement recherché par la justice internationale depuis vingt-cinq ans.

La cavale de l’homme d’affaires rwandais Félicien Kabuga, considéré comme le financier du génocide de 1994, a cessé ce matin. Il a été a arrêté ce matin en région parisienne, annonce le parquet général de Paris dans un communiqué commun avec la Gendarmerie qui a procédé à son arrestation.

« Agé de 84 ans, il résidait sous une fausse identité dans un appartement d’Asnières-sur-Seine, grâce à une mécanique bien rodée et avec la complicité de ses enfants« , a précisé le parquet. 

Kabuga avait créé les milices Interahamwe, responsables de 800 000 morts

A l’issue d’une procédure judiciaire devant la cour d’appel de Paris, Félicien Kabuga devrait être remis au Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux à La Haye, pour y être jugé pour crimes contre l’humanité, a-t-il ajouté.

Son arrestation est le fruit d’une longue enquête menée par l’OCLCH, l’office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, le parquet général près la cour d’appel de Paris, le bureau du procureur du Mécanisme international, en coopération avec la police fédérale belge et la Metropolitan Police Service, la police londonienne, précise le communiqué. 

Ils était visé par un mandat d’arrêt émis par le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux, successeur du Tribunal pénal international pour le Rwanda et du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, et par une notice rouge d’Interpol.

Selon le communiqué, il est accusé d’avoir créé les milices Interahamwe, responsables de nombreux massacres lors du génocide au Rwanda, qui a fait au moins 800.000 morts, Tutsis et Hutus modérés, entre avril et juillet 1994. Il est également poursuivi pour avoir créé la radio Mille Collines, « tristement célèbre pour ses appels aux meurtres », rappelle le parquet de Paris.

Depuis 1994, Félicien Kabuga avait séjourné impunément en Allemagne, en Belgique, en République démocratique du Congo, au Kenya ou encore en Suisse, précise le parquet de Paris.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here