L’armée française est de nouveau endeuillée avec la mort mercredi de deux militaires au cours d’un exercice de treuillage aéroterrestre dans le sud-ouest de la France. L’accident est survenu au centre d’essais de lancement de missiles de Biscarosse,  (Landes). Le sergent Pierre Pougin, sauveteur plongeur héliporté de l’Escadron d’hélicoptères 1/67 « Pyrénées » de la base aérienne 120 de Cazaux (Gironde) est décédé sur le coup.  L’infirmier Quentin le Dillau affecté à l’antenne médicale de Cazaux, rapidement pris en charge par les secours, a succombé a ses blessures.

La section de recherches de la Gendarmerie de l’Air (Gendair) est chargée de l’enquête judiciaire.

Sur le même thème : Crash près de Tarbes : la Gendarmerie de l’Air saisie de l’enquête

Les deux militaires qui participaient à un entraînement à la mission permanente de Search and Rescue réalisé par un Caracal de l’Escadron d’hélicoptères 1/67 « Pyrénées »  » ont chuté au sol dans des circonstances qui restent à établir « , a dit Florence Parly dans un communiqué.

Les deux militaires participaient à la mission permanente de « Search and Rescue »

Le sergent Pierre Pougin préparait la qualification de sauveteur-plongeur héliporté opérationnel

Le sergent Pierre Pougin s’engage le 15 octobre 2013 dans l’Armée de l’air comme mécanicien. Il est d’abord affecté sur hélicoptère Fennec sur la base aérienne 115 d’Orange avant de réussir le concours exigeant de sauveteur-plongeur héliporté de l’Armée de l’air. Il obtient son certificat de sauveteur-plongeur héliporté le 1er mai 2019. Il est affecté le 20 mai 2019 à l’EH 1/67 et effectue sa formation dans le but d’obtenir sa qualification de sauveteur-plongeur héliporté opérationnel. Son décès survient alors qu’il se préparait à cette échéance importante. Le Sergent Pougin détenait la médaille de la défense nationale échelon bronze. Il était célibataire et n’avait pas d’enfant.

Quentin Le Dillau avait participé aux évacuations sanitaires de patients Covid-19

In-memoriam-Inf-Le-Dillau

L’ISG 1G Quentin Le Dillau s’engage le 23 janvier 2015 et entre à l’école de formation des sous-officiers de l’Armée de l’air à Rochefort en qualité d’élève sous-officier. Il s’y investit pleinement et montre un esprit de camaraderie largement apprécié.

Il choisit la spécialité d’infirmier militaire et est admis à l’École des personnels paramédicaux des armées (EPPA) de Toulon le 24 août 2015. Diplômé d’État en juillet 2018, il rejoint le 12e centre médical des armées, et plus précisément la 186e antenne médicale de Cazaux. Infirmier efficace dans toutes les missions qui lui sont confiées et doté d’une grande motivation, il fait l’unanimité au sein de son équipe écrit le service de santé des armées.

Breveté parachutiste

Il obtient le diplôme de mise en condition de survie du blessé de guerre en mars 2019, et son brevet militaire de parachutiste la même année. Il s’investit particulièrement dans la préparation aux opérations et réalise une mission de quatre mois au sein des FAZSOI à La Réunion en 2019. Son plein engagement, ses qualités techniques et humaines sont remarquées par ses chefs.

Il intègre le corps des infirmiers en soins généraux et spécialisés le 1er juin 2019 en qualité de militaire infirmier et technicien des hôpitaux des armées.

En mars 2020, il participe activement à la gestion de la crise COVID-19 en intégrant les équipes d’évacuations médicales de patients infectés depuis Villacoublay dans le cadre de l’opération Résilience. 

Titulaire de la médaille de bronze de la défense nationale avec agrafes service de santé et missions d‘opérations intérieures, l’infirmier en soins généraux et spécialisés de 1er grade Quentin Le Dillau allait avoir 25 ans. Il était célibataire et sans enfant.

La Voix du Gendarme adresse ses condoléances attristées aux familles et aux proches de ces camarades.

Sur le même thème : Une gerbe sous l’arc de Triomphe pour les oubliés de la Nation dont des Gendarmes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here