Décès accidentel en service du capitaine Jérôme Favier du GIGN

3
3404

Nous apprenons avec une très grande tristesse le décès en service d’un officier du Groupe d’intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN). Ce capitaine de 33 ans, Jérôme Favier, chef de la section 3 à la Force d’intervention, a été victime d’un accident alors qu’il participait à un stage de paramoteur. Le drame est survenu dans le secteur de Goussainville (28) ce vendredi vers 8h15.

Sur le même thème : Philippe Archambault, Archy, figure historique de l’EPIGN, du GSIGN puis du GIGN, est décédé

Ses camarades du GIGN sont sous le choc tant ce jeune homme, père de deux enfants et sur le point d’être papa une troisième fois, était très apprécié.

Jérôme Favier s’était fait un prénom au GIGN

Né dans le Morbihan en 1989, il a été scolarisé au lycée militaire de Saint-Cyr l’école puis a suivi des études de droit : un master 1 droit des affaires à Panthéon-Assas, puis un master 2 droit pénal financier. Avant d’intégrer l’EOGN sur concours, Jérôme Favier a travaillé dans une banque dans la lutte contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme, l’intégrité du marché et a conduit une mission d’audit interne. Ensuite, il fait un passage à la SNCF comme chef de projet sûreté économique et financière et responsable de la veille sûreté, puis a été pendant un an assistant de justice au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, assistant de la vice-présidente chargée de l’instruction auprès du pôle financier de la JIRS. Avant d’intégrer l’EOGN, il a été assistant parlementaire.

Réussite aux tests du GIGN du premier coup

A sa sortie de l’EOGN, il a débuté son parcours comme chef du 1er peloton porté de l’escadron de Gendarmerie mobile 47/2 de Périgueux où il a laissé le souvenir d’un officier engagé dans la mission, rayonnant, très humain. Il s’était vu attribuer en 2018 une citation sans croix à l’ordre du régiment.

Réussissant du premier coup les très difficiles tests du GIGN, il a été breveté en décembre 2019 avec le brevet 1311 et était titulaire du brevet de chuteur opérationnel.

Ce chef opérationnel a réalisé 47 missions sur ses deux ans et demi d’opérationnel, dont 19 comme chef de mission. Il a été nommé chef de la section 3 de la force d’intervention (FI) le 1er août 2021.

Il a conduit des missions en métropole bien sûr, mais aussi en Guyane, en Inde et en Turquie.

Il était décoré de la médaille d’argent de la Défense nationale, et de la médaille de la protection du territoire agrafe Harpie.

Jérôme Favier, a assumé le poids de son nom, mais s’est fait un prénom au GIGN où il laissera l’image d’un chef opérationnel respecté et plein d’avenir dans la Gendarmerie. Il avait porté le drapeau de la Gendarmerie lors de la cérémonie d’adieu aux armes de son père, le général Denis Favier, ancien DGGN et chef du GIGN à deux reprises. Un passage de relais tout en discrétion, tout en pudeur mais avec une symbolique très forte.

L’sspirant Jérôme Favier porte le drapeau le 30 aout 2016 lors de l’adieu aux armes du DGGN Denis Favier (Photo Sirpa Gendarmerie).

À son épouse, à ses parents, à toute sa famille, La Voix du Gendarme adresse ses condoléances attristées et tout son soutien à ses camarades.

Une cagnotte pour sa famille

La fondation Maison de la Gendarmerie met en place une cagnotte pour la famille du capitaine Jérôme Favier, décédé en service dans un accident de paramoteur vendredi près de Goussainville (78).

3 Commentaires

Les commentaires sont fermés.