À Kourou (Guyane), les Gendarmes empêchent les émeutiers de piller un centre commercial et protègent les soldats du feu

0
1813
Les images témoignent de la violence des émeutiers (Photo DR)

Les émeutes qui secouent le pays depuis la mort de Nahel le 27 juin n’ont pas épargné les Outre-mer même si la presse en a moins parlé. En Guyane, où un homme de 54 ans se trouvant sur son balcon a été tué par une balle à priori destinée aux policiers, la soirée du vendredi 30 juin a été très chaude, spécialement à Kourou. Les Gendarmes ont rétabli l’ordre avec efficacité puis interpellé quatre émeutiers dont trois, parmi lesquels un mineur, sont écroués.

Les Gendarmes ont du non seulement repousser les émeutiers mais aussi protéger les sapeurs-pompiers (Photo DR)

Vendredi 30 juin au soir, les Gendarmes de la compagnie de Kourou, commandée par le lieutenant-colonel Arnaud Amestoy, ont du faire face dans le quartier Soula de Macouria à une trentaine de jeunes émeutiers particulièrement déterminés et violents. Une vingtaine de poubelles, un véhicule particulier et un bus ont ainsi été incendiés. Informés de de l’annonce sur les réseaux sociaux de leur intention de piller le centre commercial du quartier, les militaires de la compagnie, renforcés par des Gendarmes mobiles, ont repoussé pendant plusieurs heures les assauts de ces individus armés de bouteilles en verre et de pavés. Plusieurs gendarmes ainsi que des véhicules de service ont été atteints par des projectiles.

Quatre individus interpellés

La situation s’est compliquée quand un autre front s’est ouvert avec un autre groupe venant du quartier informel (habitat illicite) de Sablance qui s’est emparé du rond-point de Soula sur la RN1 et a érigé une barricade afin de dépouiller les usagers de la route. Les Gendarmes ont réagi immédiatement et sont intervenus rapidement et efficacement pour les repousser vers leur quartier et rétablir la circulation. Les militaire ont ensuite tenus cet axe jusqu’à l’aube.

À l’issue des émeutes, les Gendarmes ont dû protéger les sapeurs pompiers pendant les opérations de lutte contre les divers incendies allumés ici et là par les émeutiers.

Dans le cadre d’une enquête de flagrance, quatre individus, identifiés très rapidement, ont été interpellés samedi après-midi et dimanche matin. Âgés de 16 à 20 ans, ils ont été présentés au parquet à l’issue de leur garde à vue. Les deux majeurs, placés en détention provisoire dans un premier temps, ont été jugés ce mardi par le tribunal judiciaire de Cayenne pour “entrave à l’arrivée de secours destinés à combattre un sinistre dangereux pour les personnes; destruction de bien destiné à l’utilité publique; menace de crime ou délit à l’encontre de dépositaire de l’autorité; violences aggravées sur militaires de la Gendarmerie suivie d’incapacité n’excédant pas 8 jours et destruction du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes”.

Ils ont été condamnés à un an de prison avec sursis probatoire, 230 heures de travaux d’intérêt général et devront verser 300 € par Gendarme blessé.

Les mineurs seront quant à eux jugés devant le tribunal pour enfants le 2 août pour les dégradations, et les incendies. Le jeune de 17 ans a été placé en détention provisoire et celui de 16 ans sous contrôle judiciaire.

Les victimes des incendies ont déposé plainte.