Le colonel Christophe Urien à la tête de la Gendarmerie de l’armement

0
1168
Le colonel Christophe Urien à gauche sur la photo en compagnie de l'iGAG, du DGA, du général Hamel et du major général (Photo Gendarmerie)

Le colonel Christophe Urien, commandant en second depuis 2020, prend la tête de la Gendarmerie de l’armement. Il succède au général Marc Hamel, admis en deuxième section. Sa prise de commandement s’est effectuée le 3 février en même temps que l’adieu aux armes de son prédécesseur en présence du délégué général de l’armement, Emmanuel Chiva, de l’inspecteur général des armées-Gendarmerie, le général d’armée Bruno Jockers et du major général, le général de corps d’armée André Petillot.

Sur le même sujet : Officier d’infanterie puis sous-officier de Gendarmerie : retour sur le parcours admirable du général Marc Hamel

Âgé de 56 ans, le colonel Christophe Urien est un ancien Gendarme auxiliaire ayant effectué son service national comme officier. Aspirant, il a été chef de la salle de veille du centre opérationnel du groupement de gendarmerie départementale du Morbihan à Vannes de 1991 à 1992. Nommé sous-lieutenant de réserve à l’issue de son temps sous les drapeaux, il a servi dans la réserve opérationnelle pendant un an. Il a choisi d’intégrer l’Arme et a réussi le concours réservé aux officiers de réserve (R1). Diplômé de Melun, il a commandé comme lieutenant durant trois ans le peloton léger d’intervention (PLI) de l’escadron 35/3 de gendarmerie mobile de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) puis a enchaîné à la tête de la compagnie de Chinon (Indre-et-Loire).

Après un passage à la DGGN comme officier concepteur au service des ressources humaines – bureau de la formation, il a été stagiaire Collège Interarmées de Défense (École de guerre) puis a été chef de la division ressources humaines de la région de Gendarmerie de Bretagne à Rennes (Ille-et-Vilaine). Il a ensuite commandé le groupement de l’Orne à Alençon de 2012 à 2016 et a été promu colonel en 2014. À l’issue, ce spécialiste des ressources humaines a réintégré la DGGN au poste d’adjoint au chef du bureau du personnel officier (PO). Il y restera jusqu’en 2020, date de son arrivée à la Gendarmerie de l’armement.

Le colonel Urien est chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur et officier de l’ordre national du Mérite, titulaire de la médaille d’argent de la Défense nationale, de la médaille de bronze des services militaires volontaires, de la médaille de la sécurité intérieure et de la médaille de la protection militaire du territoire.

La Gendarmerie de l’armement : hautement spécialisée et stratégique

La Gendarmerie de l’armement a été créée en 1973 pour faire suite aux événements de mai 1968 ayant constitué une menace grave à l’égard de la protection du secret de la défense nationale. Formation spécialisée de la Gendarmerie composée d’environ 280 militaires, elle est chargée d’exécuter les missions de police administrative, judiciaire et militaire sur tous les sites relevant de l’autorité du délégué général pour l’Armement, et dont elle participe à la protection. Elle assure également la protection des hautes autorités de la DGA.