Une réunion du conseil d’administration de notre Union départementale de l’Essonne a eu lieu chez Françoise Pierrot qui a bien voulu nous recevoir une nouvelle fois en son domicile.

Le président par intérim Philippe Jumetz nous accueille et nous expose le point d’avancement du dossier concernant les statuts de notre association : Nous découvrons que nous sommes connus à la Préfecture comme Amicale des Anciens Gendarmes de l’Essonne et le conseil d’administration est celui qui siégeait en 1998, aucun modificatif n’ayant été effectué depuis cette date. Le seul survivant étant notre ami Michel Lerouge. Partant de là, il nous faut donc créer une nouvelle association et avons donc obtenu dans un premier temps un numéro d’enregistrement au Registre National des Associations… Nous constatons donc enfin une avancée significative encourageante.

Dans le même temps, il gère seul l’ouverture d’un nouveau compte bancaire auprès du Crédit Agricole de La-Ferté-Allais, proche de son domicile et là aussi ce dossier est en très bonne voie.

Enfin, les contacts avec la banque postale étant très “particuliers” puisqu’ils refusent de reconnaître le nouveau conseil d’administration, nous agissons pour progressivement les remplacer purement et simplement au fur et à mesure de notre avancée dans les deux chapitres précédents.

Enfin, nous nous sommes répartis les boîtes de chocolats à distribuer à nos amies veuves et retraités anciens (80 ans et plus). Cette année, une boite de chocolats plus conséquente qu’à l’habitude est offerte en remerciement à celles et ceux qui nous sont restés fidèles malgré le long désert que nous a fait traverser la Covid-19 et ses “distanciations” que nous regrettons mais imposées hélas.

Ces mêmes dispositions nous obligent à nous poser la question de notre devenir et nous interrogent sur une prochaine dissolution de notre Union départementale car nous ne trouvons plus de volontaires pour nous aider au conseil d’administration dont plusieurs postes sont vacants et où trois personnes se partagent, la direction, la trésorerie, le secrétariat et le drapeau…. Ce phénomène joint aux pertes d’adhérents, donc de cotisations, nous entraînent vers une lassitude, voir un découragement qui mènera, à terme, à la démission de ceux qui se dévouent toujours “bénévolement”, faut il le rappeler. Le montant des cotisations servent, pour partie à alimenter les dépenses de l’Union nationale, pour le reste à acheter les fournitures nécessaires à l’Ud (timbres, calicots, plaques ou coussins de fleurs lors du décès des retraités lorsque nous en sommes avisés, gerbes lors des cérémonies, objets distribués lors du forum auquel nous participons et achetés au siège national, certaines médailles remises au départ de membres anciens du bureau etc…).

Merci à tous.

Bernard Moulon, secrétaire de l’UD91.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here