Un Gendarme en arrêt maladie pour suspicion de Covid-19 décédé

1
200
Le fort de Charenton (Photo Wikipédia href="//commons.wikimedia.org/w/index.php?title=User:Ma94&action=edit&redlink=1" class="new" title="User:Ma94 (page does not exist)">Ma94 — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, Lien)

Si la Covid-19 venait à être officiellement à l’origine de son décès, ce serait le premier Gendarme et membre des forces de l’ordre et le premier militaire mort du coronavirus.

Sur le même thème : Coronavirus : mesure de confinement à l’escadron de Grasse après la découverte de deux cas

Un militaire de la Gendarmerie de 51 ans, père de trois enfants, en arrêt maladie depuis quelques jours suite à une suspicion de coronavirus, est décédé ce mercredi après-midi dans son logement de service de Maisons-Alfort des suites d’une brutale aggravation de son état de santé.

C’est le directeur général de la Gendarmerie nationale, le général d’armée Christian Rodriguez, qui a annoncé en personne ce drame sur les réseaux internes de l’Arme en exprimant sa profonde émotion.

Ce sous-officier, un maréchal des logis-chef, était affecté au groupement interministériel de contrôle (GIC), le service chargé des écoutes téléphoniques administratives rattaché au premier ministre. Il ne travaillait donc pas sur la voie publique et n’était pas au contact du public.

En interne, la Direction générale et la région Ile-de-France indiquent qu’elles sont aux côtés de la famille et des autres habitants de la caserne afin de les accompagner dans cette terrible épreuve et prendre les mesures nécessaires.

La Voix du Gendarme et l’UNPRG adressent leurs condoléances attristées à la famille de ce camarade ainsi qu’à ses camarades et témoignent de leur soutien aux Gendarmes sur le terrain.

H.B

1 COMMENTAIRE

Les commentaires sont fermés.