UD19 – Promotion “Gendarme Buisson”.

0
697

Le 4 août, la 42ème promotion d’élèves-gendarmes de l’école de Gendarmerie de Tulle a effectué sa cérémonie de sortie sur la place d’arme de cette unité. Cette promotion porte le nom de son parrain “Le Gendarme Buisson”, sa biographie est en fin de cet article.

La cérémonie était présidée par le général d’Armée (2s) Jean-Régis Véchambre accompagné par le général de brigade Jean Gouvart, commandant de l’école, le général de brigade (2s) Alain Salord honorait aussi cette cérémonie. Les autorités civiles étaient François Hollande, ancien président de la République, Bernard Combes, maire de Tulle, Pascal Cavitte, conseiller régional nouvelle aquitaine et Jean-Luc Tárrega, secrétaire général de la préfecture de la Corrèze.

Les troupes présentes étaient placées sous les ordres du colonel Alain Gloannec, chef la division de la formation. Elles se composaient :
– du capitaine Franck Robin, chef du département de la déontologie et des compétences ;
– du drapeau de l’école de Gendarmerie de Tulle et de sa garde ;
– des commandants de compagnies d’instruction et de leurs fanions ;
– de la 4ème compagnie d’instruction ;

– d’un peloton de la 9ème compagnie d’instruction ;
– d’une délégation de cadres sans troupe et de personnels civils de l’école ;
– d’une délégation de présidents d’associations et de leurs drapeaux.

Après les remises de décorations et la cérémonie officielle de fin de stage, les troupes ont défilé devant les autorités civiles et militaires ainsi que les seize porte-drapeaux présents lors de cette journée. Un cocktail clôturait cette matinée militaire.

Biographie “Gendarme Buisson”:
Né le 05 février 1917 à Chadenet (48), Célestin Louis Roger Buisson a effectué son service militaire de huit mois comme soldat de 2ème classe dans l’artillerie DCA. Admis en Gendarmerie le 26 août 1942, il est affecté à l’issue à la compagnie de Gendarmerie des Bouches-du-Rhône à la brigade territoriale de Lambesc le 23 septembre 1943. Ensuite, il rejoint la compagnie de Gendarmerie du Puy-de-Dôme, d’abord à la brigade territoriale de La Bourboule, le 01 juin 1951 puis à la brigade de territoriale de Gerzat le 01 février 1955. En septembre 1943, le gendarme Buisson, affecté à la brigade de Lambesc, adhére aux mouvements de résistance. Il participe à la surveillance des voies d’accès pour assurer la protection des parachutages sur les terrains de Valfère, le Trévaresse, Beaulieu et Rognes. Il protége des transports d’armes, de munitions, d’essence et de ravitaillement. Il assure des liaisons et fournit des renseignements aux Chefs des Groupes de Résistance. Du 12 au 14 juin 1944, durant les combats qui ont eu lieu entre les Groupes de Résistance et les troupes S.S, le gendarme Buisson, s’est dévoué pour renseigner les éléments de résistance et les faire échapper aux recherches de la Gestapo.
Le 24 mai 1950, l’adjudant Fauchier et le gendarme Buisson, de la brigade de Lambesc s’engagent dans une course poursuite contre un malfaiteur condamné aux travaux forcés à perpétuité pour le meurtre d’un gardien de la paix . Celui-ci s’était auparavant évadé de prison. Ils se présentent résolument devant l’individu. Ce dernier ouvre le feu à bout portant et blesse mortellement l’adjudant Fauchier de quatre balles de pistolet. Le gendarme Buisson, bien que grièvement atteint par deux projectiles, riposte immédiatement en faisant usage de son arme. Il rapportera ensuite des indications précises sur le criminel qui permettra d’aboutir à son arrestation. Célestin Louis Roger Buisson finira sa carrière dans la compagnie de Gendarmerie du Puy-de-Dôme à la Brigade de Gerzat le 05 février 1972. Il est décoré de la médaille militaire le 31 décembre 1963 et de la médaille de la Gendarmerie le 07 juillet 1950.
Il décédera le 24 mars 2000, à l’âge de 83 ans à Clermont-Ferrand (63).


Biographie du Général (2s) “Jean-Régis Véchambre” :

Le général d’armée (2S) Jean-Régis Véchambre est né à Courbevoie (92) le 31 mars 1957. De formation littéraire, il rejoint la Gendarmerie nationale en 1980, à sa sortie de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr. Il est issu de la promotion Capitaine Prud’homme de l’EOGN. Il y exerce pendant 21 années des commandements opérationnels de différents niveaux dont ceux de commandant de peloton puis adjoint de l’escadron parachutiste, de commandant de la compagnie de Gendarmerie départementale de Tarbes, du groupement de sécurité et d’intervention, des groupements de Gendarmerie départementale de la Charente-Maritime puis de la Gironde, de la Gendarmerie des outre-mer et de la force prévôtale, de la région de Gendarmerie de Lorraine et de la Gendarmerie pour la zone de défense et de sécurité Est. Formateur, il s’intéresse à l’excellence opérationnelle, au commandement et au management, à l’éthique et à la déontologie. Il intervient à l’IHEDN sur les valeurs et les symboles. Il assure des fonctions de conception ou de direction, notamment comme sous-directeur de la Défense et de l’ordre public (opérations, renseignement, emploi des forces mobiles) et comme chef de cabinet du directeur général. A l’état-major des armées, il sert à la division études et stratégie militaire générale. De 2015 à fin août 2017, il est inspecteur général des armées – Gendarmerie et à ce titre conseiller du ministre de la Défense, médiateur militaire et président du conseil d’administration du musée de la Gendarmerie nationale.

Le 1er septembre 2017, il rejoint la deuxième section des officiers généraux. Il est breveté de l’école de guerre, auditeur de la 54ème session du centre des hautes études militaires (CHEM) et de la 57ème session nationale de l’IHEDN. Il est membre des conseils d’administration du Souvenir Français et de la Revue de défense nationale. Il a été associé comme expert aux travaux sur le schéma national du maintien de l’ordre et a été membre du Haut conseil du livre blanc sur la sécurité intérieure. Il préside enfin la société nationale de l’histoire et du patrimoine de la Gendarmerie – Société des amis du musée de la Gendarmerie. Cette Société, reconnue d’intérêt général, s’attache depuis 2004 à promouvoir la recherche historique sur cette institution multiséculaire et à la faire connaître. Elle soutient officiellement le musée de la Gendarmerie de Melun depuis 2019 et cherche à développer le mécénat à son profit.

Jean Even, président de l’UD19