Hommage aux Gendarmes de Bellegarde en Marche (23) victimes du nazisme en 1944

0

Le 31 juillet 2022 une nouvelle plaque a été déposée sur la façade de l’ancienne brigade de Gendarmerie de Bellegarde en Marche en hommage aux six gendarmes arrêtés et déportés par la brigade Jesser le 31 juillet 1944.  L’ancienne n’était plus lisible.
Cette cérémonie s’est déroulée en présence des descendants des gendarmes victimes du nazisme, d’autorités départementales , civiles, de Madame Marchand représentant l’ Association des Déportés Interné et Famille,  des porte drapeaux d’associations d’anciens combattant du canton , de la médaille militaire, de l’UD 23 ,du Souvenir Français.        
La Gendarmerie était représentée par le chef d’escadron Christophe Villard commandant la compagnie de gendarmerie d’Aubusson qui a fourni un piquet d’honneur avec des militaires placé sous son commandement.

Le major de réserve Bertrand Virton a assuré les différentes musiques avec son clairon  et lancé les chants  A CAPELA 

Cette plaque a pu être en partie financée grâce aux dons : du siège nationale de l’UNPRG, de l’UD 23, de la SNEMM Creuse dont le président Pierre Pauly a assuré le déroulement de cette manifestation en tant que maître de cérémonie, de la municipalité de Bellegarde en Marche.


Il faut également remercier l’investissement des militaires de la brigade locale pour le bon déroulement de cet hommage et le rafraîchissement qu’ils ont offert dans l’enceinte de leur caserne actuelle.

Historique :

Le 31 juillet 1944 , vers 17 heures, les gendarmes de Bellegarde en Marche entrés en résistance depuis 1942 sont arrêtés par la colonne Jesser,  tous accusés d’avoir permis à des jeunes gens d’échapper  au STO et d’avoir favorisé les maquis régionaux. L’utilisation de la motocyclette de la brigade  pour effectuer des liaisons avec la résistance semble avoir été  dénoncée par des miliciens et collaborateurs qui a permis cet acte odieux.

Arrêtés, torturés par la milice et les allemands, ils quittent le 20 août 1944 la prison de Clermont-Ferrand (63) pour le Bas-Rhin. Après un voyage de 10 jours entassés à 63 dans un wagon à bétail, avec une seule boule de pain et 100 grammes de beurre chacun, ils arrivent à Natwiller, puis ils sont transférés à Dachau et dispersés dans les camps de la mort nazis.  Gerby, Louis, Jabaud, Léonard et Jouanny, Marcel ne reviendront pas de cet enfer.


Alain Guichard
président UD23