Bas-Rhin : journée présentation du Groupe d’investigation cynophile et repas « Tartiflette »

0

C’est à l’occasion du traditionnel repas « Tartiflette » au cercle mixte du Quartier Cambours à Sélestat que se sont retrouvés environ 70 convives, adhérents, membres sympathisants et amis de l’Union nationale des personnels et retraités de la gendarmerie – secteur de Sélestat.

Ce moment de convivialité dans une ambiance de détente appréciée par l’ensemble des participants a été l’occasion d’un partage intergénérationnel avec plusieurs personnels de l’active, après une présentation du Groupe d’investigation cynophile (Gic) () de Sélestat-Ebersheim sur le site de la Société protectrice des animaux (Spa) route de Scherwiller à Ebersheim.

En effet, avant de se retrouver pour les agapes, une cinquantaine de participants a pu apprécier la visite de la fourrière et la Spa avec le président de l’association Jean-Pierre Blonde qui évoquera également la spécificité du Gic d’Ebersheim qui se trouve implanté sur le site de la fourrière animalière (une première en France) ce qui permet, entre autres, un contrôle des chiens et propriétaires d’animaux catégorisés.

A l’issue, la présentation du Gic de Sélestat-Ebersheim est effectuée par le major Philippe Garnier, commandant l’unité, qui rappellera, entre autres, sa création le 1er juillet 2010, sa composition (personnels et chiens), son articulation et ses missions, en tenant compte de la technicité des chiens, avant une démonstration, par les sous-officiers de cette unité et d’un personnel du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (Psig) de Cernay (68), de progression avec un chien de défense suivi d’un mordant, puis de la recherche de stups/armes/billets avec un chien « Sambi » et l’emploi de matériels et technologies actuels et perfectionnés.

Il précise que le Gic de Sélestat-Ebersheim, armé de 4 sous-officiers, d’un G.A.V. et de 6 chiens, dont 4 « Sambi » (Stup/armes/billets), 1 spécifique « Stup » et 1 chien « Piste/défense », effectue environ 350 missions par an avec chaque année environ un million d’euros d’économie souterraine de saisies (euros + stupéfiants) et une vingtaine d’armes à feu découvertes.

Une réelle satisfaction pour l’organisation de cette journée a été maintes fois rappelée par les nombreux participants que même le temps maussade et une pluie fine n’ont pas réussi à démotiver.

Bernard Wurtz, vice-président de l’Ud67 et président du secteur Sélestat