L’émouvant hommage à Jean-François Jacquemard, Gendarme réserviste du Doubs décédé en service

Jean-François Jacquemard était porte-drapeau de l'ANOPEX (Photo UD25UNPRG/LVDG)

Un Gendarme réserviste du Doubs (25), retraité de l’Arme, est décédé ce jeudi 16 juin des suites d’un malaise cardiaque survenu dans la caserne de Gendarmerie de Besançon au retour d’une mission effectuée le dimanche 12 juin dans l’après-midi. L’adjudant de réserve Jean-François Jacquemard, âgé de 61 ans, été promu adjudant-chef de réserve à titre posthume. Ses obsèques ont été célébrées ce lundi à Montfaucon dans le Doubs par l’aumônier militaire régional et ont été ponctuées d’un hommage officiel de l’Arme. Ancien combattant, il était porte-drapeau de l’association des anciens des missions extérieures (ANOPEX) et membre de l’UNPRG ainsi que délégué de la Caisse Nationale du Gendarme.

C’est au retour d’une énième mission assurée dans le cadre de la réserve opérationnelle que l’adjudant Jean-François Jacquemard a été victime d’un malaise cardiaque. Le réserviste a été secouru très rapidement par un moniteur secouriste de la caserne du Fort des Justices de Besançon. Pris en charge par les sapeurs-pompiers et transporté au centre hospitalier bisontin, il a été dirigé en soins intensifs mais est est, hélas, décédé dans la nuit de mercredi à jeudi.

Un très émouvant hommage lui a été rendu lors de ses obsèques en l’église de Montfaucon où son cercueil recouvert du drapeau tricolore était entouré de très nombreux drapeaux, dont ceux de l’UNPRG du Doubs et du Jura ainsi que celui des médaillés militaires et de l’ANOPEX dont il était l’un des porteurs. (*)

Une délégation des commissions régionales Bourgogne et Franche-Comté de la Caisse nationale du Gendarme (CNG) dont Jean-François Jacquemard était délégué depuis 15 ans, était présente.

Un parcours exceptionnel

C’est le colonel (R) Jean-Michel Petit, conseiller réserves de la Gendarmerie de Franche-Comté, et camarade de promotion du défunt à l’école de sous-officiers de Montluçon qui a eu “l’ultime honneur” de lui rendre hommage en mettant en retraçant “un parcours exceptionnel comme le fut son engagement au service de la France”.

Jean-François Jacquemard à gauche, lors du centenaire d’une adhérente de l’UNPRG. Il été délégué de la CNG pour le Doubs. (Photo UD 25 UNPRG/LVDG)

Je veux témoigner devant tous ceux venus te rendre un dernier hommage, de la flamme qui t’animait et des valeurs humaines et professionnelles qui ont guidé ton existence” a notamment dit à l’adresse du défunt le chef des réservistes du Doubs et conseiller du général Bruno Guyot, commandant des Gendarmes de Franche-Comté (Doubs, Jura, Territoire de Belfort et haute-Saône), présent à la tête d’une imposante délégation de l’active et des réserves.

Jean-François Jacquemard avait intégré l’école des sous-officiers de Gendarmerie de Montluçon le 10 août 1981. Il a débuté son parcours à la brigade de Stenay dans la Meuse, où il a passé 6 ans. Natif de Besançon, il a eu coeur de revenir dans sa région et il a rejoint le 16 juillet 1988 la brigade de Chaussin dans le Jura où “enquêteur hors pair, il a rapidement gagné l’estime de ses camarades, des magistrats et de la population au service de laquelle il s’engageait sans compter, son credo étant de défendre la veuve et l’orphelin, des valeurs qui l’ont accompagné tout au long de son existence.”

Le 1 octobre 2002, il a été affecté au groupe d’intervention régional (GIR) à Besançon pendant sept ans puis est revenu en brigade enseptembre 2009, à Marchaux (25). En 2015, il a rejoint le centre d’information et de recrutement (CIR) de la Gendarmerie de Besançon et a pris sa retraite en 2017 au grade de maréchal-des-logis-chef. Il a aussitôt intégré la réserve opérationnelle et a été promu adjudant le 1er décembre 2020.

Durant sa carrière, il a effectué trois missions de courtes durées en opérations extérieures, en 1996 en qualité de prévôt à Sarajevo et en 2012 et 2013 à l’ambassade de France en Mauritanie.

Titulaire de la médaille militaire, de la croix du combattant, de la Défense nationale “échelon or” avec agrafe Gendarmerie nationale, de la médaille des réservistes volontaires de défense et de sécurité intérieure “échelon bronze”, de la médaille de reconnaissance de la nation, de la médaille commémorative française ex-Yougoslavie avec agrafe “Kosovo”, et de la médaille de protection du territoire, il a obtenu quatre lettres de félicitations et deux témoignages de satisfactions dont un du major général de la Gendarmerie en 2017.

Marié, il était père de six enfants et était sept fois grand-père.

A son épouse, à ses enfants et ses petits-enfants, à ses proches, la Voix du Gendarme et l’UNPRG adressent leurs condoléances attristées et tout leur soutien à ses camarades de l’active et de la réserve.

(*) L’UNPRG était notamment représentée par son président, Jean-Pierre Percey.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here