Guyane : le meurtrier du Gendarme Arnaud Blanc arrêté par le GIGN au terme d’une traque impitoyable (vidéo)

1
Interpellation du suspect du meurtre d'Arnaud Blanc (extrait vidéo Tik-Tok FranckSilva883)

Au terme d’une traque inédite et impitoyable de la Gendarmerie et des forces armées guyanaises (FAG) le “garimpeiros” ayant abattu le 25 mars le major Arnaud Blanc, de l’antenne GIGN de Guyane, a été arrêté ce samedi 8 avril par une équipe du GIGN de Satory dépêchée sur place dans la plus grande discrétion dès les premières heures suivant le drame. Le suspect, un Brésilien de 20 ans, a été interpellé en douceur après avoir annoncé son intention de se rendre.

Sur le même sujet : L’hommage de la Nation au Gendarme du GIGN Arnaud Blanc, tué en Guyane en luttant contre l’orpaillage illégal (Vidéo et discours intégral du président de la République)

Sur une vidéo diffusée sur le réseau social Tik-Tok (*), on peut le voir allongé sur le ventre au sol se laisser appréhender par des hommes du GIGN qui l’ont placé dans un hélicoptère de la Gendarmerie. Après avoir été placé en rétention judiciaire, il a été placé sous mandat de dépôt ) à Remire-Montjoly, dans la banlieue de Cayenne, par le juge des libertés et de la détention (JLD) dans le cadre du mandat d’arrêt délivré par le juge d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirse) de Fort-de-France (Martinique). Il doit désormais être transféré dans les six jours devant le juge afin d’être mis en examen pour “meurtre en bande organisée”, l’incrimination retenue par le parquet lors de l’ouverture de l’information judiciaire.

Le suspect a été ramené à Cayenne en hélicoptère (capture d’écran vidéo Tik Tok FranckSilva883)

Le général de corps d’armée André Petillot, major général de la Gendarmerie après avoir été commandant de la Gendarmerie d’outre-mer a commenté sur le réseau social Linkedin cette arrestation.

“Ce n’est pas le fruit du hasard. C’est le résultat de deux semaines d’efforts intenses dans le cadre d’un dispositif inédit en forêt, de la Gendarmerie et des forces armées en Guyane” écrit le N°2 de la Gendarmerie. Pour lui, “la pression accentuée sur les garimpeiros, le quadrillage du terrain, le travail de renseignement et d’enquête ont payé”.

Nous le devions à Arnaud Blanc, c’est chose faite” écrit-il encore en mettant en exergue une “oeuvre collective, de l’ensemble des unités du Comgend Guyane, du GIGN et son antenne, des escadrons engagés en renfort. Mais aussi de nos camarades des Armées qui ont mis tous leurs moyens sur le terrain.
C’est un bel exemple de fraternité d’arme au service de la France” conclut-il.

Toujours sur Linkedin, le général Jean-Christophe Sintive, commandant la Gendarmerie de Guyane revient sur la traque. Parlant d’“une recherche hors normes d’une bande armée terrée au cœur de la forêt équatoriale”, le chef des Gendarmes de Guyane révèle que ce sont plus de 500 Gendarmes et militaires des FAG qui ont été engagés dans cette opération.

Il a d’abord fallu effectuer sur place toutes les constatations de police technique et scientifique puis tenir les principales zones de fuite connues grâce aux Gendarmes mobiles appuyés par les FAG. Il a fallu ensuite projeter le GIGN et l’AGIGN dans tous les secteurs de replis dans une zone de plus de 10 000 km2. L’appui du GIH (groupe interarmées d’hélicoptères) déployé en Guyane depuis 10 jours a été déterminant.” détaille l’officier général qui précise “que la traque se poursuit et la pression s’intensifie avec l’appui des forces de police du Suriname et du Brésil.” 

(*) Vidéo Tik-Tok












1 COMMENTAIRE

  1. A mon avis, le Garimpeiro s’est dit 1) qu’il valait mieux se rendre que se faire dessouder dans une traque 2) qu’il serait mieux dans une prison française avec eau chaude et repas garanti qu’au fin fond de la jungle guyanaise

Les commentaires sont fermés.