A69 : les gendarmes et CRS ont fait face avec maîtrise à des attaques d’une très grande violence des milices d’ultra-gauche (analyse du général Cavallier)

0
Un Centaure en action (Photo Sirpa Gendarmerie)

Les forces de l’ordre, gendarmes et CRS ont fait face avec courage et efficacité samedi à des attaques d’une extrême violence lors de la manifestation – interdite- des opposants à la construction de l’autoroute A-69 Castres-Toulouse (Tarn). Des milices d’ultra-gauche dotés de cocktails molotov auto-inflammables ont attaqué avec une rare férocité les gendarmes et des policiers. Un CRS a été touché par un engin incendiaire, et deux gendarmes mobiles ont été blessés. On voit sur des images un membre des forces de l’ordre prendre feu et se rouler dans l’herbe pour “s’éteindre”. Le général de division (2S) Bertrand Cavallier déplore un “décalage entre les armes de l’adversaire et celles des forces de l’ordre”.

Un véhicule de Gendarmerie a été incendié par les manifestants, heureusement sans faire de blessés. La manifestation était interdite par le préfet du Tarn, une décision entérinée par le tribunal administratif et saluée par l’ensemble des élus locaux qui apportent un soutien constant aux forces de l’ordre.

Le préfet du Tarn a dénoncé les “attaques extrêmement violentes, avec des catapultes„ de “1.200 individus radicaux, manifestement venus pour casser, sans lien avec la question de l’A-69”. 

L’intervention des forces de l’ordre, parfaitement coordonnée et commandée par le général de corps d’armée Arnaud Browaëys, commandant de la région sud, avec un commandant de Groupement opérationnel de maintien de l’ordre (Gomo) de Toulouse, a vu une très bonne coopération entre les huit compagnies de CRS et les quatre escadrons de gendarmerie mobile qui ont pu disposer de deux VIPG Centaure et de plusieurs VBRG. Au total, ce sont environ 1600 membres des forces de l’ordre, dont plusieurs centaines de gendarmes départementaux qui ont été engagés.

Gendarmes et CRS ont parfaitement gérés la situation avec une admirable maîtrise et sont parvenus à empêcher ces éléments radicaux d’approcher leurs objectifs, dont le bâtiment du concessionnaire de l’autoroute. Ils ont d’abord fixé les manifestants qu’ils ont ensuite contenus. L’intervention avait été préparée de longue date avec les gendarmes du groupement et la constitution de compagnies de marches armées avec des renforts des groupements voisins et de la région SUD. Ainsi, un quadrillage très fin d’une zone très large a été mise en oeuvre par les gendarmes qui connaissent très bien le terrain et qui surveillent le secteur en permanence. Un important dispositif judiciaire avait également été mis en place.

Un décalage entre les armes de l’adversaire et celles des forces de l’ordre pour le général Cavallier

Pour le général de division (2S) Bertrand Cavallier, expert en maintien de l’ordre et conseiller de la Voix du Gendarme.fr, “il y a un décalage qui s’est installé entre les armes de l’adversaire et celles des forces de l’ordre.”

“Les autorités au plus haut niveau doivent prendre les dispositions pour éviter qu’il y ait des blessés graves, voire des morts au sein des forces de l’ordre, car la maîtrise dans l’emploi de la force ne signifie pas la sur-exposition des gendarmes et policiers et dans un contexte très incertain, il ne faut surtout ne pas déstabiliser les corps constitués majeurs”

Général (2s) Bertrand Cavallier

Sur Linkedin, le colonel Jean-Michel Doose, commandant du groupement de gendarmerie départementale du Tarn, a rendu hommage aux gendarmes mobiles et départementaux et aux CRS. Il a exprimé “son immense reconnaissance et salué l’excellent état d’esprit de l’ensemble des forces qui ont été engagées sur cette opération. D’abord envers les militaires du groupement du Tarn qui subissent au quotidien les exactions de ces délinquants et qui ont montré un engagement exemplaire, de jour comme de nuit, tout au long de la semaine. Ensuite envers les gendarmes mobiles et CRS qui ont subi la foudre des opposants avec un courage et une détermination exceptionnels pour contenir leurs assauts répétés et repousser ces assaillants. Enfin, envers tous les renforts régionaux, zonaux et nationaux qui ont chacun apporté leur expertise et savoir-faire pour permettre le respect de l’interdiction de cette manifestation.