Un Gendarme ouvre le feu pour stopper une “chauffarde“ ayant tenté de le faire chuter

0
Motocycliste
Motocycliste (Photo d'illustration GendInfo.fr)

Une automobiliste ayant refusé d’obtempérer a tenté de faire chuter des Gendarmes motocyclistes de l’Aisne lancés à sa poursuite. L’un a fait usage de son arme pour l’obliger à s’arrêter. La “ chauffarde ” a achevé sa course dans un champ après une sortie de route et est sortie de son véhicule en brandissant un couteau. Maîtrisée, elle a été hospitalisée pour subir des soins et devait subir une expertise psychiatrique.

Sur le même thème : Le Gendarme motocycliste blessé a bien été victime d’une tentative de meurtre (actualisé avec mise en examen)

Les faits, rapportés par L’Aisne nouvelle remontent au 23 juin.

ll est autour de 22 h 30 lorsque les Gendarmes tentent d’intercepter une automobiliste en excès de vitesse à Cuisy-en-Almont.

Mais la conductrice refuse d’obtempérer et poursuit sa route à vive allure en direction de Soissons. En multipliant dangereusement les infractions au code de la route, elle tente de semer les motocyclistes lancés à sa poursuite et ce pendant 60 kilomètres!

Surtout, la “ chauffarde ” tente à plusieurs reprises de percuter les Gendarmes pour les faire tomber quand ces derniers se portent à sa hauteur pour l’intercepter!

A hauteur de Grugies, l’un des motocyclistes fait alors faire usage de son arme pour stopper cette automobiliste. Il tire sur un pneu tout en roulant, ce qui est loin d’être évident, et atteint son objectif.

Mais l’automobiliste continue sur la jante sa folle et dangereuse course!

Elle avait été jugée irresponsable en 2019

Elle finit par perdre le contrôle de son véhicule et termine son équipée dans un champ de blé après un tête-à-queue.

La brigade de recherches de Saint-Quentin est chargée d’une enquête pour “ refus par le conducteur d’un véhicule d’obtempérer à une sommation de s’arrêter dans des circonstances exposant directement autrui à un risque de mort ou d’infirmité et violence avec arme sur dépositaire de l’autorité publique. ”.

Sans antécédents judiciaires, cette quinquagénaire avait toutefois fait l’objet d’une procédure classée sans suite en 2019 pour cause d’irresponsabilité en raison d’un trouble psychique.