Tulle : l’adieu aux armes du général Jean Gouvart, un grand soldat (Vidéo et diaporama)

0
Le général Jean Gouvart a effectué son adieu aux armes (Photo école de Tulle)

Le général de division Jean Gouvart a transmis son commandement de l’école de Tulle au général Christophe Brochier puis effectué son adieu aux armes. Retour sur une très belle cérémonie et un magnifique parcours dans l’Arme.

Sur le même thème : Qui sont les colonels nommés généraux le 1er mai ?

En présence des généraux de corps d’armée Pierre Casaubieilh, commandant des écoles et Samuel Dubuis, commandant la région de Gendarmerie Nouvelle Aquitaine et la Gendarmerie pour la zone de sécurité sud-ouest, mais surtout de sa famille et ses proches dont son père, gendarme retraité et ses deux fils, tous deux gendarmes, le général Jean Gouvart, nommé “divisionnaire” au moment de quitter le service actif a vécu un grand moment d’émotion.

Dans son ordre du jour, le général Casaubieilh a relaté les 38 années aux services de la France et de la Gendarmerie,

“38 années au cours desquelles il fit honneur à notre institution par ses compétences et ses qualités personnelles, 38 années d’une carrière militaire riche, en tout point opérationnelle”.

Après une classe préparatoire au lycée militaire d’Autun, Jean Gouvart a intégré Saint-Cyr et a choisi l’arme des transmissions. Après l’école d’application, il a servi comme chef de section au 14ème régiment parachutiste de commandement et de soutien (14ème RPCS) avec lequel il participé à l’opération Aconit en Turquie /nord Irak comme commandant des transmissions de l’opération aérienne.

En 1993, il intégre la Gendarmerie via le concours des officiers des armées et commande à sa sortie de l’EOGN l’escadron 11/9 de Villeneuve d’Ascq. Il est détaché à Haïti en qualité d’adjoint Gendarmerie au chef du contingent français de la mission des Nations unies. Il commande ensuite la compagnie d’Orange et repart à l’étranger, en Albanie comme officier relations publiques de la mission et chef du contingent de la Gendarmerie française de l’élément multinational de conseil à la police albanaise.

Puis, il est nommé directeur adjoint du centre interministériel de formation anti-drogue (CIFAD) en Martinique avant de prendre la tête du groupe d’intervention régionale (GIR). De retour en métropole, il occupe le poste sensible d’officier de liaison Gendarmerie au commandement des opérations spéciales (COS) à Taverny. Il participe à l’opération Licorne en Côte d’Ivoire comme chef de la cellule en charge des études sur l’environnement de la Force au sein du groupement des forces spéciales. Il s’y distingue particulièrement lors des tensions et massacres perpétrés à Khorogo. En 2006, il est adjoint au commandant du groupement du Rhône où il gère le sensible transfert de 436 détenus de deux maisons d’arrêt de Lyon vers la nouvelle prison de Corbas, ce qui lui vaut les félicitations appuyées du commandant de région.

En 2009, il prend le commandement du groupement IV/3 de gendarmerie mobile d’Orléans avec lequel il conduit de nombreuses missions opérationnelles telle que la défense ferme de la préfecture de Nantes face à de nombreux agriculteurs vindicatifs, le rétablissement de l’ordre à Mayotte dans une période très tendue mais aussi la lutte contre l’orpaillage en Guyane.

Cité en Afghanistan

De juin 2011 à février 2012, il participe à l’opération Pamir en Afghanistan comme chef du contingent international de la NATO Training Mission au sein du Centre national de formation de la police afghane. Malgré une soixantaine de tirs de roquettes qui se sont abattues sur le centre de formation de Wardak, il est à l’origine de l’amélioration de la sécurité du détachement et du renforcement de la défense passive du centre et est cité à l’ordre du régiment pour cette action.

Dans un ordre du jour du 27 janvier 2012, le colonel Bruno Jockers (actuel général d’armée IGAG), alors commandant des forces de Gendarmerie en Afghanistan a rendu un très bel hommage au colonel Jean Gouvart “dont la mission s’est déroulée dans un contexte de pression des insurgées de menaces diverses sur le contingent international”.

“Homme de parole, d’une fidélité sans faille, le colonel Gouvart a marqué l’ITC (international trainers compound) de sa personnalité sereine et modeste, de son engagement et de son courage (…) officier solide, au caractère bien trempé, il a su réagir avec vigueur et sang-froid à toutes les situations opérationnelles ayant jalonné son séjour, dont l’attaque d’un convoi de Gendarmerie par IED le 23 août dans le secteur de Duranni qui fit plusieurs blessés parmi le détachement (…) remarquable officier dont la modestie n’a d’égal que la persévérance et qui aura fait honneur à son pays”.

Commandant de la Gendarmerie de Mayotte

En 2012, Jean Gouvart revient à Mayotte pour commander la Gendarmerie. Il y pilote des opérations de maintien de l’ordre lors d’épisodes de violences et met en place d’efficaces dispositifs de sécurité lors de visites ministérielles et du déplacement du président de la République en 2014. De retour en métropole, il est affecté comme officier adjoint commandement à la région Bourgogne Franche-Comté à Dijon mais rapidement, est choisi pour être engagé comme chef des détachements prévôtaux de la bande salého-sharienne dans le cadre de l’opération Barkhane. Son implication lui vaut des appréciations en tous points élogieuses du commandant des forces. En 2018, il est nommé attaché de sécurité intérieure au Congo Kinshasa dans un environnement complexe et tendu. Il est qualifié par l’ambassadeur de France comme un officier “qui pense droit » et il fait progresser les dossiers de coopération en sécurité intérieure avec “panache et humilité » selon les termes de l’ambassadeur. Enfin, il termine son parcours à Tulle en pleine crise sanitaire. “Non seulement, vous atteignez les objectifs d’incorporation des élèves malgré des contraintes prophylactiques exceptionnelles mais vous possédez une vision très claire des enjeux et des efforts à produire en formation initiale” lui a dit le commandant des écoles.

Ce sont vos valeurs, qui sont celles de notre institution que vous avez transmises à cette école : sens du service et du devoir, goût de l’effort et de l’abnégation, rigueur et esprit de corps (…) les élèves ont pu bénéficier de l’expérience d’un chef passé au creuset de tant d’années opérationnelles en France métropolitaine et ultra-marine, (….) général Jean Gouvart vous aurez marqué votre parcours par un enthousiasme, une rigueur et une exigence bienveillante qui laissent l’empreinte des grands chefs , au nom de la Gendarmerie, au nom de son directeur général, et en mon nom personnel, je vous exprime toute notre reconnaissance pour votre engagement au service de l’institution, des armées, de la France et des Français”.

Puis, le général Casaubieilh issu de la même promotion de Saint-Cyr, la “général Callies”, a eu un mot plus personnel pour son camarade.

Engagé comme éléve-officier il y a presque 38 ans, nous nous en souvenons comme si c’était hier, général de division, tu peux être fier du chemin parcouru. Puisse t-il inspirer les générations qui rejoignent nos rangs et les éclairer, dans un esprit de service sans contrepartie, de dévouement, d’engagement pour notre France. Car servir c’est bien tout donner et se donner soi-même. C’est avec une réelle émotion que nous clôturons, avec toi aujourd’hui, ce parcours exemplaire”.