Comment les Gendarmes ont résolu un “ Cold case ” de 19 ans

1
540
Expert de l'IRCGN (Photo IRCGN)

Les Gendarmes de la Section de recherches de Grenoble et le plateau d’investigation “ Cold case ” (PICC) du pôle judiciaire de la Gendarmerie nationale (PJGN) viennent de résoudre grâce à un mégot de cigarette un meurtre d’une femme de 55 ans commis dans la Drôme en 2001. 19 ans après, un suspect, un quinquagénaire “ très défavorablement connu de la justice ”, est en prison.

Sur le même thème : Meurtre maquillé en accident : une enquête exceptionnelle des Gendarmes du nord

Âgé de 36 ans au moment des faits, il a été interpellé mercredi avant de “ reconnaître partiellement les faits ” et d’être mis en examen, vendredi à Valence, pour “ meurtre précédé, accompagné ou suivi d’un autre crime ” puis placé en détention provisoire, indique le procureur de la République de Valence, Alex Perrin, cité par France Bleu Drôme-Ardèche.

Le corps de Chantal de Chillou de Saint Albert, une femme âgée de 55 ans et alors domiciliée à Allauch, dans la banlieue de Marseille avait été découvert sur un chemin en bordure de l’Isère, à Chatuzange-le-Goubet (Drôme), le 2 août 2001.

Le Cold case rouvert en 2019

Après des années d’investigations, le dossier avait été clos en 2010. Mais, en 2019, le plateau d’investigation “ Cold Case ” du PJGN de Pontoise ressort le dossier.

Après une analyse de l’archive de la procédure, ils constatent la conservation de vieux scellés susceptibles d’être exploités avec les dernières techniques de la police scientifique. Parallèlement, ils estiment qu’une piste étudiée en 2002 mérite d’être approfondie.

Du coup, en octobre 2019, le procureur de la République de Valence rouvre l’enquête pour assassinat.

Un ADN est retrouvé sur un mégot de cigarette découvert sur la scène de crime, ainsi que sur le tee-shirt de la victime. Avec la suite que l’on connaît.

1 COMMENTAIRE

  1. Un grand bravo à la PICC pour la résolution de cette affaire de Chillou , sans oublier ceux qui ont procédé aux premières constatations et dont les scellés conservés par les Services de Justice ont permis la manifestation de la vérité ( même si les analyses auraient pû être décidées plus tôt…).Ne rien lâcher ! Encore bravo . Hc

Les commentaires sont fermés.