La Réunion : cérémonie de départ général Pierre Poty

0

En présence de nombreuses autorités civiles et militaires et entouré de représentants de l’ensemble des unités placées sous ses ordres que le général Pierre Poty a fait ses adieux émus à La Réunion, au terme d’un intense séjour de trois ans et demi.

Une « île extraordinaire, pas seulement pour la beauté de ses paysages mais surtout pour la grandeur d’âme de ses habitants » a salué le général, à l’issue d’une cérémonie de passation de commandement dans la plus pure tradition militaire qu’il affectionne.

Réunis dans la cour d’honneur du camp de l’Etang Saint-Paul, le vendredi 7 juillet, ses personnels ont pu entendre son ultime ordre du jour, dans lequel Pierre Poty a tenu à leur rendre hommage. « Durant mon séjour, 120 Gendarmes ont été blessés en service. C’est l’équivalent d’un cinquième de l’effectif et démontre le sacrifice quotidien de ces hommes et de ces femmes dont l’engagement est trop souvent ignoré, a-t-il souligné, rappelant les trois vertus cardinales qu’exige, à son sens, le port de l’uniforme bleu et blanc : « Honnêteté, courage et action collective. »

Confiant le drapeau du groupement à son second, le colonel Christophe Heurtebise, il s’apprête à relever un nouveau défi pour sa 35e année de carrière. Après avoir notamment commandé à Aurillac, à Calais, à Corte, à la lutte antiterroriste, à la section de recherches de Rennes, dans le Gard, en Guyane et à La Réunion.

Arrivé à La Réunion en février 2020, après 3 ans d’exercice, en qualité de commandant de la gendarmerie de la Réunion il s’apprête à rejoindre l’Hexagone, le 1er août 2023, il rejoindra le commandement de la gendarmerie outre-mer à Paris comme adjoint au général Lionel Lavergne.

Un poste où son expérience ultramarine sera forcément précieuse.

Il en a profité pour dévoiler le nom de son successeur, le colonel Labrunye, 48 ans, actuellement chef du pôle stratégie auprès du cabinet du Directeur général, qui prendra ses fonctions le 2 août 2023.

« Je le connais depuis très longtemps, à peine 48 ans. Il a eu de nombreux commandements, notamment en Haute-Savoie, c’est un montagnard, il ne sera pas dépaysé à La Réunion. Je pense que c’est quelqu’un qui fera de nouveau avancer la gendarmerie ».

Le préfet Jérôme Filippini, représentant de l’État, a évoqué avec émotion le départ d’un homme très apprécié, qui n’était pas n’importe quel commandant de gendarmerie de La Réunion, rendant hommage au supplément d’âme qu’il aura apporté à sa fonction avec la modestie sincère qui va avec le talent d’un chef.

Le général Pierre Poty aura vécu avec ses troupes plusieurs cyclones, six éruptions volcaniques, les violences urbaines à Saint-Benoît et Saint-Louis, mais aussi les recherches de Brigitte Ligney disparue au volcan, la lutte contre l’immigration clandestine sri-lankaise, ou encore l’échouage du Tresta Star.

C’est aussi sous son commandement qu’a été créé le Centre européen de formation de la gendarmerie de La Réunion. Un département pour lequel il aura obtenu récemment la création de quatre nouvelles brigades : trois dédiées aux violences intra-familiales, plus une attachée au quartier de Bras-Fusil.

Interrogé sur les épisodes marquants de son séjour, le général Poty retiendra la période particulière du Covid, après laquelle il a été compliqué de remonter la pente, et fait part de son inquiétude sur l’augmentation du trafic de stupéfiants, malgré les moyens importants engagés dans la lutte.

Depuis Paris et son nouveau poste, il promet de garder un œil et le cœur sur La Réunion, et de porter la voix des Gendarmes d’outre-mer pour la prise en compte de leurs besoins.

Cette passation de commandement a été l’occasion de mettre en valeur plusieurs sous-officiers du groupement, décorés pour des actes de courage et de dévouement dans le cadre de leurs missions et une médaille militaire.

« Au nom des adhérents de l’Unprg 974, des membres de son conseil d’administration et en mon nom, nous avons le plaisir de vous remettre ce modeste présent en souvenir de votre passage trop bref à La Réunion.

Sous votre égide, la collaboration a été très fructueuse. Nous vous remercions de vos attentions et de toujours avoir été à l’écoute de nos sollicitations. Grâce à vous, notre association est aujourd’hui un peu plus reconnue par la gendarmerie d’active de notre territoire.

Nous tenons également à souligner votre générosité envers nos anciens, ne serait-ce que par votre temps que vous nous avez consacré ».

Yannick Boucicaud, secrétaire de l’Ud974.