Lutte contre les narcotrafics : les opérations “place nette XXL” laissent perplexes policiers, gendarmes et magistrats

0
Présence de cannabis et d'armes.
810 Kg de résine de cannabis conditionnés sous forme de "valises Marocaines",


Les opérations anti drogueplace nette XXL” qui se multiplient ne suscitent pas l’enthousiasme des enquêteurs spécialisés, policiers et gendarmes et des magistrats. Ainsi, ces opérations, qui “mobilisent, de façon ponctuelle, des moyens considérables de policiers sur la voie publique ne peuvent être suffisantes pour endiguer le narcotrafic”, juge l’Association française des magistrats instructeurs. Pour sa part, Gérald Darmanin, le ministre de l’intérieur, qui a dressé ce samedi à Saint-Denis (93) un nouveau bilan de ces opérations, estime qu’elles produisent selon lui “énormément d’effets” et vont se poursuivre en France malgré les réserves d’acteurs de terrain. “Sur le plan national, les opérations antidrogues continuent à produire énormément d’effets: nous sommes à 1.738 interpellations, 150 kilos de drogues saisis (…), 2,4 millions d’euros et plus de 20.000 gendarmes et policiers mobilisés”, a détaillé le locataire de la place Beauvau à l’occasion d’un point presse devant la gare de Saint-Denis. Lancée de manière très médiatique à Marseille mi-mars, avec la visite surprise du Président de la République, Emmanuel Macron, ces opérations ont ensuite été déclinées ailleurs, dans le Nord, en région parisienne, dans l’agglomération lyonnaise, à Dijon et Clermont-Ferrand. D’autres opérations sont annoncées dans les semaines à venir.
Alors que Gérald Darmanin comptabilise 1.357 interpellations, dont “751 cibles judiciaires”, qualifiés de “caïds” et de “trafiquants notoires”, le ministère de la Justice n’a lui toujours pas communiqué sur les suites judiciaires.

Les résultats ne sont pas à la hauteur de la débauche d’énergie

“Si un guetteur, c’est un trafiquant notoire, ça ne veut rien dire. Les vrais caïds ne sont pas arrêtés”, estime un policier d’une brigade antistupéfiants à Toulouse interrogé par l’AFP.
Ce sont des coups de menton pour se donner l’illusion de pouvoir encore avoir prise sur la situation”, appuie un autre policier spécialisé d’Île-de-France. “C’est de la com, nous ne pourrons pas tenir sur la durée, surtout avec les JO qui arrivent et les permissions prises avant l’été” déclare pour sa part un officier de Gendarmerie interrogé par la Voix du Gendarme.
Du côté des saisies, les résultats ne sont pas à la hauteur de la débauche exceptionnelle d’effectifs – plus de 15.000 policiers gendarmes et douaniers engagés sur plusieurs semaines.
 Dix jours après le début de l’opération, seuls quelque 75 kilos de stupéfiants avaient été saisis à Marseille, 2,5 kilos après la première journée dans le Nord et une demi-plaquette, soit quelques dizaines de grammes, à Colombes (Hauts-de-Seine) lors d’une descente mobilisant une centaine de policiers dont la Brigade de recherches et d’intervention (BRI).
Sollicité pour un bilan global, le ministère de l’Intérieur renvoie à nouveau vers le ministère de la Justice.
Avec AFP