Qui sont les Gendarmes qui défilent ce 14 juillet (diaporama et vidéos)

1

Les Gendarmes seront présents dans les airs et au sol pour ce 14 juillet 2020 particulier qui rend hommage aux soignants, civils et militaires et qui honorera le Général de Gaulle.

La Voix du Gendarme vous présente ces militaires qui défilent ce mardi 14 juillet et qui ont procédé à une ultime répétition ce lundi matin, dès 5h30, sur la place de la Concorde.

Un 14 juillet qui met à l’honneur les soignants civils et militaires

Cette cérémonie, dont le format a été réduit au regard de l’épidémie de coronavirus, mettra à l’honneur tous les acteurs mobilisés durant la crise sanitaire précise Gendinfo.fr avec, d’une part, les armées dans le cadre de l’opération Résilience, et d’autre part, les soignants.

48 Gendarmes dont huit réservistes dans le bloc multi-missions

Au sol, la Gendarmerie sera représentée par les Gardes républicains du 1er régiment d’infanterie, l’EOGN, l’école des sous-officiers de Tulle -dont était issue la Gendarme Mélanie Lemée- le 2ème régiment d’infanterie de la Garde républicaine, puis le bloc multi missions.

A noter aussi la présence des Gendarmes du Chœur de l’armée française et des musiciens de la Garde républicaine.

Une aspirante du corps technique et administratif porte-drapeau

Le porte-drapeau de la Gendarmerie sera l’aspirante Larissa R, une élève officier de 29 ans (semi-direct) du corps technique et administratif (OCTA). Elle est actuellement à l’EOGN. Ainsi, à travers cette mission de confiance, ce corps des OCTA sera à l’honneur.

L’aspirante Larissa L. est la porte-drapeau de la Gendarmerie

Les troupes seront aux ordres du colonel Alain-Jérôme Dedeban pour le 1er RI (commandant du régiment), du colonel Bruno Curé pour le 2ème RI (commandant du régiment), du colonel hughes Sublet pour l’EOGN (commandant du 2ème groupement d’instruction) du capitaine Fabrice Brothier pour l’ESOG de Tulle (commandant de compagnie) et du lieutenant-colonel Nicolas Parra, pour le bloc multi-missions.

Ce détachement, représentatif du dispositif déployé pour faire face à la crise de la COVID-19, est constitué de 48 Gendarmes venus de toute la France.

Il comprend des militaires de toutes les subdivisions d’arme et des Gendarmeries spécialisées, ainsi que huit réservistes. Ces sous-officiers de réserve opérationnelle viennent des groupements du Loir-et-cher (41), de la Dordogne (24), de l’Orne (61) pour deux d’entre eux, d’Indre-et-Loire, de la Sarthe (72), de l’Aisne (02) et de la Haute-Garonne (31).

Un ancien sous-officier de l’armée de terre et officier des forces spéciales en tête du défilé

L’officier qui défilera en tête de ce bloc est le lieutenant-colonel Nicolas Parra, commandant la compagnie de Palaiseau (Essonne). Cet officier diplômé de l’École de guerre est symboliquement issu du recrutement des officiers des armées (OA), une filière qui avait été suspendue pendant un an et qui vient d’être réactivée avec 6 officiers cette année.

Dans la garde au drapeau de l’EMIA comme Arnaud Beltrame..

Nicolas Parra, a d’abord été pendant 5 ans sous-officier dans l’armée de terre au prestigieux régiment de marche du Tchad (RMT), puis a suivi l’école militaire Interarmes (EMIA). Comme un certain Arnaud Beltrame, il été dans la garde au drapeau de cette grande école militaire lors du défilé du 14 juillet 2005.

 “ À mon arrivée, lorsque j’ai été convoqué par le commandant de brigade, j’ai découvert dans le hall d’accueil une grande photo de la garde au drapeau de l’école. C’était Arnaud Beltrame qui tenait ce drapeau. À cette époque-là, je ne pouvais évidemment pas savoir ce qui allait se passer mais, déjà, mes camarades me disaient : si tu veux réussir dans la Gendarmerie, prend exemple sur lui !” se souvient l’officier interviewé sur le site du ministère de l’Intérieur.

Comme officier, il a été chef d’équipes de recherches au 13 ème régiment de dragons parachutistes (RDP), unité des forces spéciales, et l’est l’un des très rares Gendarmes à arborer cet insigne sur sa vareuse. Après avoir réussi le concours des capitaines et suivi sa scolarité à l’EOGN, il a commandé l’EGM 15/7 de Sarreguemines (Moselle), a servi au cabinet communication de la région Île-de-France, et a été chargé de projet à la DGGN pour la création de la formation franco-espagnole avec l’école de Valdemoro.

Le dernier vol comme chef des Forces aériennes du colonel Emmanuel Sillon

Les hélicoptères du Commandement des forces aériennes de la gendarmerie nationale (CFAGN) qui ont participé à la lutte contre la crise sanitaire en procédant à des évacuations sanitaires en métropole et outre-mer survoleront Paris.

Sur le même thème: Covid-19 : un hélicoptère de la Gendarmerie est le « Pedro » du Dixmude, en route pour les Antilles

L’un de ses appareils, un Ecureuil amariné de la SAG de Hyères (Var) avec un équipage également amariné a participé à la campagne du porte-hélicoptère amphibie (PHA) Dixmude (dont l’équipage défile) aux Antilles et en Guyane dans le cadre de l’opération Résilience. L’appareil a servi de “Pedro” à l’aller et au retour de la mission.

Appontage sur le PHA Dixmude d’un AS 35 Ecureuil de la Gendarmerie, le 02 avril 2020, avant l’appareilleage pour l’opération RESILIENCE à destination de la zone Antilles-Guyanes afin de participer à la luttre contre le COVID-19. (Photo Marine Nationale)

Deux appareils, un EC145 suivi d’un EC 135 défileront ce matin en deuxième position derrière un Caracal de l’armée de l’air et précéderont un EC145 de la sécurité civile.

C’est le colonel Emmanuel Sillon, qui sera aux commandes de l’EC145 pour son dernier vol en tant que chef des FAG qu’il quittera dans quelques jours pour rejoindre comme directeur adjoint le BEA-É Bureau enquêtes accidents pour la sécurité de l’aéronautique d’État (ex-BEAD-air).

Il aura comme co-pilote le colonel Bruno Lardet, commandant le groupement des FAG d’Île-de-France.

D.C

1 COMMENTAIRE

Les commentaires sont fermés.