Les “moblos” pleurent le lieutenant de réserve Pascal Borgniet, figure de la gendarmerie mobile

0

Le lieutenant de réserve de Gendarmerie Pascal Borgniet, ancien major d’active ayant fait toute sa carrière chez les “moblos”, dans le Nord de la France, escadrons de Saint-Quentin et Noyon principalement, est décédé ce lundi 8 avril dans sa 60ème année. Sa famille et ses frères d’armes de la Gendarmerie l’ont conduit à sa dernière demeure ce vendredi 12 avril. Ses obsèques religieuses ont été célébrées en l’église de Rumigny (Ardennes). Un magnifique hommage lui a été rendu par une importante délégation de l’Arme en tenue.

Sur le même thème : La gendarmerie mobile et le centre de Saint-Astier pleurent Thierry Pignon, figure de l’Arme

C’est en effet une figure de la Gendarmerie et plus spécialement de la mobile qui nous a quittés. Pascal Borgniet est décédé de maladie à 60 ans.

Retraité depuis 2018 au grade de major après 34 années et quatre mois de services dont presque 30 en Gendarmerie, ll avait rejoint la réserve opérationnelle et avait été promu sous-lieutenant de réserve en 2020 et lieutenant en décembre dernier.

Né à Reims (51), il s’engage en 1982 dans le prestigieux 8ème régiment parachutiste d’infanterie de Marine le 8ème RPIMa. Promu caporal en 1984, il participe à plusieurs opérations et missions extérieures, Bénin, Tchad, Cameroun, République centrafricaine. En 1986, cet admirateur du général Bigeard quitte l’armée de Terre et devient conducteur routier pendant deux années avant de rejoindre la Gendarmerie.

Formé à Chaumont en 1988, il choisi à sa sortie, le 11 mars 1989, la gendarmerie mobile et rejoint le 1er peloton porté de l’EGM 1/6 de Saint-Quentin (02) qui devient le 21/9 en 1997. En mai 1997, le chef Borgniet gagne l’EGM 25/9 de Creil (60) jusqu’en 2002, date à laquelle il retrouve l’EGM de Saint-Quentin où il reste sept ans. Il retrouve l’Oise au 24/9 de Noyon puis de nouveau Saint-Quentin en 2011 avant de revenir un an plus tard au 19/9 de Noyon où il achève son parcours dans l’active sans une journée de “criquet » à se reprocher. Au cours de sa vie de “moblo”, il a effectué de très nombreux déplacements outre-mer (Polynésie, Nouvelle-Calédonie, Guadeloupe, Guyane et Réunion) et en Corse, ainsi qu’à l’étranger avec une mission en Algérie de trois mois et deux missions à Haïti comme prévôt des Nations Unies en 1994 et en 2000.

Dans la réserve, il est affecté à la CRT 2/2 de Lyon (Aisne) jusqu’en décembre 2023 puis à la CRT 62/4 d’Arras (Pas-de-Calais).

Pascal Borgniet était titulaire de nombreuses qualifications militaires, et Gendarmerie. Il était notamment breveté parachutiste, moniteur d’intervention professionnelle (MIP), tireur d’élite, moniteur des techniques de tir et d’intervention, moniteur relais bâton droit et télescopique, moniteur relais bâton de protection poignée latérale (BPPL), et moniteur relais réaction face à une tuerie de masse.

Ancien combattant

Titulaire d’une citation sans croix à l’ordre du régiment en 1993 et d’une dizaine de lettres et de témoignages de satisfaction dont un du Directeur général, il était détenteur de la croix du combattant, de la médaille d’outre-mer échelon vermeil avec agrafes Tchad et Côte d’Ivoire, de la médaille d’or de la Défense nationale avec agrafes troupes de marine et Gendarmerie, du titre de reconnaissance de la Nation, de la médaille commémorative française Haïti, de la médaille de la sécurité intérieure échelon bronze, agrafe “ouragans”, de médaille des réservistes volontaires de défense et de sécurité intérieure échelons bronze et argent, de la médaille de protection du territoire agrafe Trident et de la médaille des Nations unies MINUHA.

Lors de la cérémonie religieuse, son camarade et ami très proche, le chef (ITA) Christian Sauty, qui était l’un des porteurs du cercueil, lui a rendu un magnifique et émouvant hommage.

Ch’Grand, Ch’Major Borgniet est parti dans le paradis des guerriers, il est parti rejoindre son idole, le Général Bigeard. Ils vont ouvrir des parachutes sans cesse et sans restrictions , ça va filer droit là-haut !
Gardez-nous une place dans le bataillon des sentinelles invisibles, bataillon de soldats avec du caractère et une classe exemplaire.

Pour chacun de ses subordonnés, Pascal a incarné le chef par excellence, par son autorité naturelle, son engagement exemplaire, son exigence avant tout pour lui-même, sa stabilité en toutes circonstances, ses convictions sans concession, son enthousiasme communicatif, son humanité” a encore dit son “frère de coeur” en relatant des anecdotes savoureuses, comme les deux fameuses chansons Antisocial de Trust et Dirty Old Town de The Pogges qu’il écoutait avec le volume à fond lors des déplacements et qui feront en effet sourire tous ceux qui ont servi sous ses ordres.

À son épouse, Véronique, ses filles Chloé et Flora, ses petits-enfants, Capucine, Marceau et Paul, à ses proches, la Voix du Gendarme adresse ses condoléances attristées et son soutien à ses camarades d’active et de réserve.