Les chiffres de la délinquance en hausse en 2023

0
582

Les chiffres de la délinquance n’ont pas diminué en 2023, bien au contraire ! La délinquance ne cessent d’augmenter de manière inquiétante, même si elle est relative par rapport à 2022. Un rapport publié par le Service de la Statistique et de la Mesure de la Sécurité Intérieure (SSMSI), publié le 31 janvier 2024, offre un aperçu préliminaire de la situation sécuritaire et criminelle de l’année écoulée, avant la publication du rapport complet prévu en juillet.

En termes de violence spécifique, les coups et blessures volontaires sur les personnes âgées de 15 ans et plus ont augmenté de 7 %, une hausse en partie attribuée à l’accroissement de 9 % des violences intrafamiliales. Par ailleurs, les cas de violences sexuelles ont également enregistré une augmentation de 8 %, avec une hausse notable des viols et tentatives de viol (+10 %). Cette tendance est expliquée par un changement dans la manière dont les victimes portent plainte, une évolution liée au mouvement MeToo depuis 2017.

L’année 2023 a aussi été marquée par une augmentation de 13 % des tentatives d’homicide, avec 4 055 victimes recensées, un chiffre 4 fois supérieur au nombre de victimes d’homicides. Parallèlement, les victimes d’escroqueries ont augmenté de 7 %, atteignant près de 500 000 personnes.

Certaines catégories de crimes ont connu une baisse, comme les vols sans violence contre les personnes (-3 %), les vols violents sans arme (-8 %), et les vols d’accessoires sur véhicules (-9 %). Dans les transports en commun, les vols et violences ont diminué de 10 %, a contrario, les violences sexuelles dans ces espaces ont augmenté de 4 %.

Les émeutes de l’été 2023 ont entraîné des variations significatives dans plusieurs indicateurs. Par exemple, les destructions et dégradations volontaires ont augmenté de 140 % pendant la semaine du 27 juin au 3 juillet, comparativement à la même période de l’année précédente. Les outrages et violences envers les autorités ont connu une hausse de 93 % durant cette période, et les cambriolages de locaux industriels, commerciaux ou financiers ont bondi de 184 %.

L’été a également été marqué par un “mouvement de mécontentement” des policiers, qui a affecté les statistiques de la délinquance, notamment une baisse significative des infractions liées aux stupéfiants entre le 17 juillet et le 7 septembre.

Enfin, le rapport du SSMSI révèle que Paris est responsable de plus d’un tiers de l’augmentation nationale des cas de consommation de stupéfiants. En revanche, le trafic de stupéfiants a légèrement diminué, de l’ordre de 1 %, une première baisse après deux années consécutives d’augmentation.

Crédit photo : Photo de Kindel Media