Le colonel Christian Gojard, une figure de la mobile a pris la tête du groupement III/7 de Reims

0

Le colonel Christian Gojard, s’est vu confier le commandement du groupement de Gendarmerie mobile III/7 de Reims par le général de corps d’armée Stéphane Ottavi, commandant la région Grand-Est et la zone de défense et de sécurité Est. Il succède au colonel Olivier Fischoeder, nommé chargé de projet au centre national d’entraînement des forces de Gendarmerie (CNEFG) de Saint-Astier.

Sur le même thème : Les “moblos” de Bretagne ont couru 200 km en relais pour les 100 ans de la Gendarmerie mobile

La cérémonie qui s’est déroulée à Beine Nauroy (51) en présence de nombreuses personnalités civiles et militaires (*), a été magnifiquement rehaussée par la présence de la musique de la gendarmerie mobile aux ordres du capitaine Christian Lacabanne qui avait, pour l’occasion, ouvert ses rangs au Gendarme Nicolas Delval , sonneur émérite de cornemuse. Quant à l’animation musicale de la collation, elle a été assurée par le quartet de saxophone de la musique de la gendarmerie mobile au grand plaisir du colonel Gojard, lui même saxophoniste de talent!

La prise d’armes, jugée de très haute tenue par les observateurs, a rassemblé l’EGM 31/7 de Reims au grand complet avec les chefs d’unité et leurs fanions. Les troupes étaient aux ordres du lieutenant-colonel Laurent Chacon, commandant en second.

Choisi par le DGGN en personne

Dans son allocution, le général Ottavi, a évoqué le maintien de l’ordre, “de plus en plus complexe, non tant par sa violence que l’on connaissait déjà mais par la variation des modes d’action qui nous sont opposés; et surtout par les débats médiatiques voire politiques qu’il provoque.”

Aujourd’hui, la Gendarmerie mobile est employée à un rythme qui n’a guère de précédents. C’est pour cette raison que la première mission qui vous est assignée est celle d’exercer un commandement attentif à leurs préoccupations, prenant en compte l’environnement familial de nos militaires, sachant soutenir l’encadrement essentiel à la bonne marche des unités” a dit le commandant de région en présentant le groupement.

S’adressant au colonel Gojard, il lui a lancé “

vous avez été choisi personnellement par le directeur général de la Gendarmerie pour exercer ce commandement. Il ne vous est pas donné par ancienneté mais au regard de vos qualités, forgées tout au long de votre carrière marquée, comme beaucoup de commandants de groupement de Gendarmerie mobile, par un fort tropisme MO-Défense, notamment en commençant votre carrière au sein du plus prestigieux groupement de GM. Votre parcours vous a conduit naturellement à ce commandement

200 jours d’engagement par an

Le groupement III/7 de gendarmerie mobile est l’un des quatre groupements de gendarmerie mobile de la région zonale de Gendarmerie Est.</p>

Il comprend 610 militaires et civils répartis entre l’état-major du GGM à Reims et 5 escadrons : 31/7 Reims, 32/7 Chaumont, 33/7 Vouziers, 34/7 Troyes et 35/7 Revigny-Sur-Ornain.

Chacune de ces unités part une fois par an outre-mer pour trois mois de déplacements et les escadrons sont engagés au maintien de l’ordre ou en renfort de la Gendarmerie départementale GD pour lutter contre la délinquance et l’immigration irrégulière à Calais, Ouistreham ou Menton. Le nombre de jours d’engagement divers atteint les 200 jours.

L’un des escadrons est spécialisé puisqu’il renforce la Gendarmerie de la sécurité de l’armement nucléaire (GSAN) dans sa mission du contrôle gouvernemental et de la sécurité des armes nucléaires.

Christian Gojard, “biffin”, “dolo” et “moblo”

Âgé de 53 ans, Christian Gojard s’est engagé comme sergent dans l’Infanterie après son bac. Sorti de Saint-Maixent puis de l’école d’application de l’infanterie de Montpellier, il a servi au 67ème RI à Soissons puis a intégré l’école militaire interarmes (EMIA) puis a enchaîné sur l’EOGN. Mis à part son temps de commandement de la compagnie de Rezé (44), l’officier n’a servi qu’en mobile (14 ans) et à l’international ou en OPEX.

D’abord commandant de peloton à l’EGM 11/1 à Satory, puis commandant de l’EGM 12/1 à Satory, il a également été commandant en second du groupement I/7 à Metz puis chef d’état-major du groupement II/1 à Maisons-Alfort.

À l’International, il a servi à l’OTAN à Lille (NATO RRC-FR), au Kosovo (EULEX), en Jordanie, au Liban à deux reprises, au Cameroun, au Bénin 2015, au Botswana 2016 et en Afghanistan.

Chevalier de la Légion d’honneur et du Mérite, il est titulaire de la médaille de la Gendarmerie, de la croix du combattant, de la médaille d’outre-mer et de nombreuses autres décorations.

La Voix du Gendarme félicite le colonel Gojard et lui souhaite le meilleur à la tête de ce groupement.

D.C

(*) en présence de Jacques Lucbreil, sous-préfet de Reims, Valérie Beauvais, député de la 1ère circonscription de la Marne, du maire de Beine-Nauroy, Romain Bonhomme, des généraux Richard Caminade, commandant du GGM II/1 de Maisons Alfort, Bruno Gauttier, commandant de la Gendarmerie de la sécurité de l’armement nucléaire et des commandants de GGD, de GGM et de section de recherches de la région champagne Ardennes.