La Gendarmerie lutte contre une nouvelle typologie de crimes et de délits.

Bonjour major Grégory Golynski et adjudant-chef Manuel Crapsi, responsables de la cellule prévention situationnelle, analyse, sécurité et cybersécurité des entreprises “PréSAnSCE-56”: Pouvez-vous nous expliquer votre rôle et vos missions ?

Face à la recrudescence des attaques informatiques, les communes et les intercommunalités peuvent rapidement se retrouver face à des situations de crise pouvant avoir un impact important, d’une part, sur leurs activités et d’autre part sur la confiance numérique de leurs administrés et de leurs données.

A l’initiative du colonel Pascal Estève, commandant le groupement de Gendarmerie du Morbihan, douze Gendarmes du Morbihan ont suivi une formation universitaire et obtenu le diplôme de cyberdéfense délivré par l’Ecole d’ingénieurs “Ensibs” de l’université de Bretagne sud à Vannes (56). Une première qui devrait être déployée en France par la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale.

Suite à cette formation, la Gendarmerie du Morbihan a mis sur pied la cellule prévention situationnelle, analyse, sécurité et cybersécurité des entreprises “PréSAnSCE-56”, en capacité d’appuyer et de prolonger ses actions de prévention en matière de cybersécurité.

Nous aidons concrètement les élus à impulser la dynamique nécessaire pour mettre en place un projet cohérent et maîtrisé pour assurer la protection des données et ainsi garantir une vraie confiance numérique aux citoyens. Notre démarche est intégrée dans une offre de sûreté globale, incluant également les paramètres de sécurité physique et économique.

Pour ce faire, nous articulons notre action selon trois phases successives :

– En présentiel, nous réalisons le diagnostic de cybersécurité de la collectivité territoriale, ce qui permet par ailleurs un échange constructif avec les décideurs (maires, DGS, DST, agents…). Au terme de ce questionnaire d’environ 3 heures, il est présenté à l’entité diagnostiquée un résultat graphique et détaillé de l’évaluation.

– Dans un second temps, nous produisons un rapport personnalisé ainsi qu’un plan d’action adapté comprenant des mesures humaines, organisationnelles et techniques à mettre en œuvre. Ces dernières sont priorisées selon la criticité de l’action définie et son accessibilité en terme humain et financier. Ces éléments sont communiqués et expliqués lors d’un second rendez-vous.

– Enfin, nous accompagnons les collectivités grâce à un jalonnement des actions à mettre en œuvre et des rendez-vous sur objectifs. Les communes sont dès lors en mesure de réaliser leur dossier de sécurité numérique et peuvent conduire des processus de management visant à améliorer tant leur cybersécurité que leur cyber-résilience.

Le questionnaire est adapté à toutes les tailles de communes, avec la présence d’un mode renforcé pour les structures possédant un système d’information conséquent.

Enfin, pour construire et développer notre action, la Gendarmerie du Morbihan a noué différents partenariats (UBS, Préfecture, AMF, …) et nous pouvons compter sur l’engagement citoyen d’experts qui se sont associés à ce projet. Ils ont notamment contribué à l’élaboration de l’outil de diagnostic que nous utilisons.

A ce jour, la cellule “PréSAnSCE-56” a réalisé le diagnostic de 34 communes, qui sont désormais intégrées dans un process de suivi.

Propos recueillis par Jean François Stephan, président UD56

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here