La Gendarmerie désormais partenaire avec les assureurs pour lutter contre la cybercriminalité

0

Depuis ce mardi 28 septembre, la Gendarmerie nationale, la FFA, fédération française d’assurance et l’Agéa, fédération nationale des syndicats d’agents généraux d’assurance, sont partenaires dans la formation et la sensibilisation des agents d’assurance contre le risque cyber. Un partenariat qui s’inscrit dans la stratégie mise en place par le Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) depuis le Forum International de la Cybersécurité et dans le cadre de la création du ComcyberGend en août 2021.

Sur le même thème : Organisé par la Gendarmerie, le forum international de la cybersécurité (FIC) ouvre ses portes à Lille

Par ce partenariat, la Gendarmerie s’engage à former les agents d’assurance sur les risques liés à la cybercriminalité et le comportement à adopter en fonction de chaque situation. Ces formations permettront aux agents de mieux prévenir les TPE et PME contre ces risques numériques et de les sensibiliser sur les gestes à adopter. Un accord qui s’inscrit dans la stratégie de développement et de sensibilisation aux professionnels du numérique de la cyber Gendarmerie (C3N).

Il s’agit aussi de contribuer à une meilleure protection des entreprises”

Florence Lustman, présidente de la FFA

Ce partenariat vise d’abord à renforcer l’expertise des agents généraux en matière de risque cyber (…) sur tout le territoire national, ils pourront ainsi mieux sensibiliser leurs clients et les aider à atténuer les risques auxquels ils sont exposés” explique la présidente de la fédération française des assurances. Une opportunité pour la fédération mais également une “fierté que le secteur de l’assurance s’associe à la Gendarmerie nationale pour lutter contre la menace cyber” ajoute Florence Lustman.

Pour le président d’Agéa, Pascal Chapelon, ce partenariat permet également aux entreprises de mieux se protéger, principales victimes dans ce domaine : “les PME-TPE, cœur de cible des agents généraux, sont parmi les plus exposées à ce risque”. Une sensibilisation qui se veut performante à grande échelle puisque celle-ci s’effectuera auprès de 12 000 agents généraux et 26 000 collaborateurs sans compter les clients de ces derniers.