À l’approche des Jeux Olympiques de Paris, la disponibilité suffisante d’agents de sécurité privés demeure incertaine, malgré les efforts organisés.

0

Synthèse de la Situation
Les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris (26 juillet – 11 août et 28 août – 8 septembre, respectivement) requièrent une multitude de tâches de sécurité à être assurées par des agents privés, en complément des forces de l’ordre. Ces tâches incluent le contrôle des entrées, la surveillance vidéo, ainsi que la sécurité des zones sensibles telles que les vestiaires et les abords des stades. Le Comité d’organisation des Jeux (Cojop) prévoit un besoin moyen de 17.000 agents par jour, avec des pics pouvant atteindre 22.000 agents lors de journées à forte activité.

Situation du Marché et Recrutement
Pour répondre à ces besoins, le Cojop a segmenté ses demandes en plusieurs lots, chacun correspondant à une mission spécifique. À ce jour, après trois appels d’offres, 47 entreprises ont été sélectionnées, couvrant 70% des besoins. Néanmoins, cela ne signifie pas que tous les agents nécessaires ont été recrutés, une quatrième vague d’appels d’offres est en cours, principalement pour la cérémonie d’ouverture.

Problématique des Ressources Humaines
Le secteur de la sécurité privée, comptant environ 180.000 agents en France, fait face à un défi majeur : former et recruter plus de 17.000 agents supplémentaires pour les Jeux, dans un contexte de tension sur le marché du travail, d’attractivité financière limitée et d’image négative du secteur. En réponse, des initiatives de formation spéciales ont été lancées, notamment pour les étudiants, avec des incitations financières pour augmenter le nombre de diplômés.

Perspectives et Défis
Malgré ces efforts, des doutes subsistent quant à la capacité à mobiliser un nombre suffisant d’agents de sécurité. Les sceptiques, comme le syndicaliste Bernard Thibault, soulignent le manque chronique de personnel dans le secteur et les incertitudes quant à l’engagement des nouveaux recrutés pour les Jeux. Les entreprises de sécurité sont également préoccupées par le risque que les formations incitatives n’attirent des candidats peu motivés par le travail à long terme.

Mesures et Anticipations
Pour contrebalancer ces risques, les entreprises sélectionnées pour les Jeux sont encouragées à établir un contact direct avec les agents potentiels et à prévoir une marge supplémentaire de 20% d’effectifs pour pallier toute pénurie. Cette « clause de solidarité » est un élément clé pour assurer la couverture sécuritaire complète de l’événement.

En résumé, bien que des progrès significatifs aient été réalisés dans la préparation de la sécurité pour les Jeux Olympiques de Paris, des défis considérables demeurent, notamment en matière de recrutement et de formation d’agents de sécurité privés suffisants pour répondre à la demande élevée et spécifique de cet événement d’envergure mondiale.

JCV et AFP