Décès brutal du lieutenant-colonel Gery Inbona, commandant en second de l’Eure-et-Loir

Gery Inbona (Photo FCBK GGD 28)

La triste nouvelle nous est parvenue ce dimanche. Le lieutenant-colonel (ITA) Gery Inbona, commandant en second du groupement de Gendarmerie d’Eure-et-Loir est décédé ce samedi 20 mars à 53 ans des suites d’une maladie fulgurante. Il avait été admis à l’hôpital de Chartres au lendemain de sa dernière mission effectuée le samedi 30 janvier dernier à Barjouville au coté du préfet de l’Eure-et-Loir. Son état de santé s’est alors progressivement dégradé jusqu’à l’emporter ce week-end. Sportif, il avait une hygiène de vie exemplaire et était en bonne santé écrit le colonel Georges Pierrini, commandant de groupement dans un communiqué. “Sa maladie qui s’est manifestée brutalement nous a tous sidérés, cette mort injuste nous touche profondément”.

Sur le même thème : Décès brutal du commandant en second du groupement de l’Isère

Le colonel lui rend hommage sur la page Facebook du groupement. “La Gendarmerie perd un officier remarquable, un serviteur de l’État, de l’institution et de la population”.

Le lieutenant-colonel Gery Inbona devait être nommé colonel en aout 2021

Le lieutenant-colonel Inbona, nommé chevalier de la Légion d’honneur à l’automne dernier, titulaire de la croix du combattant et qui devait être promu colonel le 1er aout prochain, était arrivé comme commandant en second en 2018 en provenance de la région Bourgogne où il était au bureau de la performance et de la cohérence opérationnelle de la division appui opérationnel. En 2016, il avait reçu un témoignage de satisfaction du général Olivier Kim, alors commandant de région, pour son action dans la résolution d’une affaire judiciaire sensible en tant que chef du détachement prévôtal au Tchad dans le cadre de l’opération Barkane.

Né à Cambrai et originaire de l’Oise, il était entré en Gendarmerie en 1995 par le biais du concours des officiers de réserve. Il a notamment été chef du département police administrative renseignements à l’EOGN en 2009.

La Voix du Gendarme adresse ses condoléances attristées à sa famille et son soutien à ses camarades. Il laisse une épouse et deux enfants de 17 et 19 ans.

Ses obsèques seront célébrés dans les prochains jours en Eure-et-Loir et à l’occasion desquels un ultime hommage lui sera rendu en comité restreint compte tenu de la crise sanitaire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here