Assises de Guadeloupe : 5 ans dont 3 avec sursis pour l’officier

Prison Baie-Mahault
Le centre de détention de Fonds Sarrail à Baie-Mahault (Photo DC/LVDG)

Le capitaine Romain D. ancien commandant de la brigade de Gendarmerie de Baie-Mahault, a été condamné par la cour d’assises de la Guadeloupe à Basse-Terre à 5 ans de prison dont 3 avec sursis. L’accusation de meurtre a été requalifiée en “violences volontaires avec armes ayant entraîné la mort sans intention de la donner.” L’officier a été placé sous mandat de dépôt à l’issue du verdict. Il a aussi une interdiction de porter une arme pendant 15 ans.

Sur le même sujet : Légitime défense ou meurtre ? un capitaine de Gendarmerie devant les assises de Guadeloupe

L’officier qui n’a cessé de plaider la légitime défense pour lui et son camarade échappe à une très lourde condamnation puisque l’avocate générale avait requis 15 ans de réclusion criminelle. Au cours d’un réquisitoire offensif de 3 heures, la magistrate a évoqué « un véritable gâchis, la chronique d’une bavure annoncée, parlant de l’accusé comme d’un militaire dangereux, une bombe à retardement, un cow-boy ».

Le procès de cette affaire douloureuse devait durer trois jours et s’est finalement prolongé pour s’achever jeudi soir.

Réquisitoire très sévère de l’avocate générale de la cour d’assises

Avant le réquisitoire de l’avocate générale Elodie Rouchouze, la thèse de la légitime défense avait pris corps selon la presse locale, mais elle n’a pas été retenue. Au final, les jurés, après 4 heures de délibéré selon Radio Caraïbes Internationale, (RCI), ont écarté l’homicide volontaire et estimé que le jeune officier de 27 ans à l’époque qui n’a cessé de clamer qu’il se sentait en danger, n’avait pas voulu tuer.

Le 11 mars 2018, il avait mortellement blessé lors d’une opération anti délinquance un homme soupçonné de cambriolages qui se trouvait au volant d’un véhicule volé, une arme à feu à portée de main. L’automobiliste avait fait vrombir le moteur, déclenchant l’usage de son arme, après sommations de l’officier. L’officier avait été appelé personnellement par une victime du vol de sa voiture et il avait décidé d’intervenir avec un Gendarme.

Il avait alors tiré sept balles, dont deux, tirées à 1 mètre de distance de la victime ont atteint en plein coeur et en pleine poitrine la victime, perforant son artère coronaire, son foie et ses poumons.

A la tête de la plus grosse brigade

Yannick Locatelli, la victime était un habitant de Cagnes-su-Mer, (Alpes-Maritimes) qui vivait sous un faux nom en Guadeloupe et qui était recherché par le parquet de Grasse dans une affaire de stupéfiants. Il était père de deux jeunes fillettes.

Désormais en prison, l’officier qui travaillait encore la semaine dernière à la Direction générale dispose d’un délai de dix jours pour interjeter appel tout comme le parquet général, mais pas la partie civile. S’il n’y a pas d’appel, une fois la condamnation définitive, le capitaine, pourra demander de purger sa peine sous bracelet électronique. Il est défendu par Me Florian Lastelle du barreau de Nice.

Romain D. fils d’un officier de l’armée de terre, avait choisi la Gendarmerie à sa sortie de Saint-Cyr. Bien noté, il avait avait commandé une brigade en Bretagne avant de se voir confier la plus grosse unité de Guadeloupe à Baie-Mahault.

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here