Le premier galon d’honneur de Gendarme décerné à Bernard Pêcheur, “grand ami de la Gendarmerie”

Le DGGN remet le galon d'honneur de Gendarme à Bernard Pêcheur (Photo GendInfo/GAV M.A Saillet)

Le galon d’honneur de Gendarme a été délivré pour la première fois le 26 janvier. C’est le conseiller d’État Bernard Pêcheur, qui l’a reçu des mains du Directeur général, le général d’armée Christian Rodriguez “pour son engagement au service de l’État et son intérêt pour la gendarmerie nationale”. Ce grand serviteur de l’État, “grand ami de la Gendarmerie » qui a aussi présidé le Haut Comité d’évaluation de la condition militaire (HCECM) a notamment beaucoup travaillé sur le rattachement de l’Institution au ministère de l’Intérieur. La création de ce galon d’honneur a une dimension symbolique pour la Gendarmerie dans l’affirmation de sa militarité, une valeur de plus en plus mise en avant par le Directeur général ces derniers temps.

Sur le même thème : La militarité de la Gendarmerie : l’opportune piqûre de rappel du général Gieré, inspecteur général des armées-Gendarmerie

C’est Gendinfo.fr qui annonce la création de ce galon d’honneur de Gendarme et sa première attribution à Bernard Pêcheur. La cérémonie s’est déroulée en comité restreint dans la salle tradition de la direction générale, à Issy-les-Moulineaux.

Le directeur général qui a rappelé la symbolique du galon d’honneur de Gendarme, a rendu un vibrant hommage à Bernard Pêcheur au service de l’État et a souligné “son attachement pour l’Institution militaire et ses nombreux travaux dans le cadre du rattachement de la Gendarmerie au ministère de l’Intérieur.” Il lui a remis le galon d’honneur en le gratifiant d’un “grand ami de la Gendarmerie nationale”.

“Ce n’est pas seulement l’accès à un grade symbolique, mais c’est une distinction que je perçois comme étant une reconnaissance de ce que j’ai pu faire pour et avec la Gendarmerie nationale” a dit Bernard Pêcheur.

C’est un sentiment d’honneur. Cette distinction, je la crois de grande valeur” a ajouté le conseiller d’état.

Le grade honorifique remonte à Napoléon

Dans le monde militaire, l’attribution d’un grade honorifique a débuté avec la nomination du général Bonaparte au grade de caporal en mai 1796, suite à la prise du pont de Lodi, à laquelle il avait participé physiquement aux côtés de ses hommes. À l’époque, le grade de caporal n’était attribué qu’au prix d’un acte de bravoure exceptionnel rappelle un article de Képi blanc, la revue de la Légion étrangère.

L’honorariat au titre d’une arme est apparue plus d’un siècle plus tard, après la 1re Guerre mondiale, sans aucune règle fixe précise encore cette article.

La Légion étrangère a ainsi distingué 1200 personnalités du grade de légionnaire de 1ère classe d’honneur ou de caporal. Parmi ceux ci, le boxeur Marcel Cerdan, le prince Rainier de Monaco, (son père, Louis II de Monaco, est le seul a être sergent-chef d’honneur) , Geneviève de Galard, et ches les Gendarmes, Pierre Poty, commandant de la Gendarmerie de la Réunion qui est légionnaire de 1ère classe d’honneur.

Les troupes de Marine distinguent aussi régulièrement des personnalités, tel l’ancien chef d’état-major des armées, le général de Pierre de Villiers, ou plus récemment le chef d’état-major de la l’armée de Terre, le général Thierry Burkhard

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here