Qui sont les trois Gendarmes tués en service ? Leurs portraits

Trois Gendarmes intervenant pour des violences conjugales ont trouvé la mort et un autre a été blessé ce mercredi matin à Saint-Just dans le Puy-de-Dôme (63). Leurs portraits.

Sur le même sujet : Puy-de-Dôme : trois Gendarmes tués en portant secours à une femme battue

Lieutenant Cyrille Morel

Lieutenant Morel (Photo Gendarmerie)

Âgé de 45 ans, il avait rejoint les rangs de la Gendarmerie le 2 novembre 1999, en intégrant l’École de sous-officiers de Gendarmerie (ESOG) de Chaumont. Onze mois plus tard, à l’issue de sa formation, il avait choisi de servir au sein de la dominante sécurité publique générale et avait été affecté à la brigade territoriale de Tuchan, dans l’Aude. Six ans plus tard, après avoir obtenu le diplôme d’officier de police judiciaire, ce Roannais d’origine se rapprochait de sa terre natale par une mutation à la brigade de proximité de Saint-Amant-Tallende, dans le Puy-de-Dôme. Il y restera dix ans, avant d’être muté au sein de la brigade de proximité de Combronde, en qualité de commandant de brigade et d’être nommé au grade d’adjudant-chef.

Faisant preuve d’un goût certain pour les responsabilités, Cyrille Morel avait présenté le concours d’officier de Gendarmerie du rang (OGR) en 2017. Il avait alors intégré l’école des officiers de la Gendarmerie nationale (EOGN), au sein de la 122e promotion. Au terme de sa formation, il avait pris le commandement de la communauté de brigades (CoB) d’Ambert, où sa manière de servir était appréciée et reconnue.

Après deux ans seulement d’affectation, sa hiérarchie lui avait proposé le poste de commandement en second de la compagnie d’Ambert, qu’il avait accepté sans hésitation. Officier attaché aux valeurs militaires, il souhaitait par la suite pouvoir obtenir le commandement d’une compagnie et, si possible, en restant dans le Puy-de-Dôme.

Passionné par son métier, le lieutenant Cyrille Morel avait, au cours de sa carrière, acquis de multiples compétences, telles que celles d’enquêteur immigration irrégulière et de technicien d’identification criminelle de proximité.
Il était marié et père de deux enfants, une fille de 15 ans et un fils de 11 ans.

Adjudant Rémi Dupuis

Originaire de Martigues, (Bouches-du-Rhône), il avait intégré les rangs de la Gendarmerie à l’été 2007.
À sa sortie de l’école de Gendarmerie de Libourne, en 2008, Rémi Dupuis avait commencé sa carrière en Gendarmerie mobile, au sein de l’escadron de Saint-Amand-Montrond (18), avec lequel il avait notamment effectué deux projections outre-mer, en Polynésie, puis en AdjGuyane.

Après presque quatre ans et demi au sein de la Gendarmerie mobile, il avait rejoint la Gendarmerie départementale en 2012, avec une première affectation à la brigade de proximité d’Issoire, dans le Puy-de-Dôme, où il est resté jusqu’en novembre 2014. Depuis cette date, il était affecté à la brigade de proximité d’Ambert.

Promu au grade d’adjudant en septembre dernier, cet officier de police judiciaire était très polyvalent, formé entre autres aux techniques d’identification criminelle de proximité, aux outils numériques et au certificat élémentaire montagne. Il venait par ailleurs de suivre, dans le cadre de la formation continue des Gendarmes, le recyclage sur la prise en compte des violences intra- familiales.

Rémi Dupuis était pacsé et père de deux enfants, une fillette de 7 ans et un garçon qui aura bientôt deux ans.

Brigadier Arno Mavel

brigadier Arno Mavel (Photo Gendarmerie)

Le brigadier Arno Mavel est la plus jeune victime du forcené de Saint-Just (63), qui a ouvert le feu sur les Gendarmes. Âgé de seulement 21 ans, il avait été engagé avec ses camarades du Peloton de surveillance et d’intervention de Gendarmerie (PSIG) d’Ambert, afin de renforcer les militaires primo-intervenants.

Né à Montpellier, Arno Mavel avait suivi sa formation de Gendarme adjoint volontaire agent de police judiciaire adjoint (GAV APJA) à l’école de Montluçon, dans l’Allier. Il avait rejoint le PSIG d’Ambert le 5 juillet 2018, pour sa première affectation. Désireux d’entamer une carrière militaire, il venait d’apprendre qu’il était admis au concours d’admission dans le corps des sous-officiers de Gendarmerie. Il était célibataire et n’avait pas d’enfant.

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here