Tribune : le “court et respectueux” message d’un officier (ER) de Gendarmerie à Eric Zemmour

Eric Zemmour sur le plateau de Cnews (capture d'écran CNEWS)

Un officier de Gendarmerie en retraite, le colonel Philippe Cholous, adresse (à titre personnel) un message à Eric Zemmour afin de clarifier un certain nombre d’inexactitudes et d’omissions dans ses commentaires à la télévision sur les forces de l’ordre et précisément sur la Gendarmerie qu’il omet souvent et qu’il connaît manifestement peu. (1)

Philippe Cholous, spécialiste du maintien de l’ordre, ancien instructeur d’intervention professionnelle au Centre national d’entraînement des forces de Gendarmerie de Saint-Astier (CNEFG) et commandant en second du groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM) de Versailles-Satory écrit notamment que si les Gendarmes respectent le journaliste polémiste, “ils sont parfois agacés par la façon dont Éric Zemmour méconnaît l’importance et l’expertise première de la Gendarmerie dans le domaine du maintien et du rétablissement de l’ordre public.”

Sur le même thème : “Mise en perspective de la question des blindés en Gendarmerie” : tribune du colonel (ER) Cholous

Court et respectueux message à Éric Zemmour, de la part de l’un de ses admirateurs

Tribune du colonel (ER) Philippe Cholous auteur de “L’ordre et la liberté, approche militaire de l’art méconnu du maintien de l’ordre” (2)

Philippe Cholous s'adresse à Eric Zemmour (Photo DR)
Philippe Cholous (Photo DR)

Éric Zemmour est un homme courageux et la haute estime que lui porte un nombre croissant de Français n’est pas feinte. Sa très grande popularité est objectivement méritée. Les Français qui l’admirent lui sont profondément reconnaissants pour le travail d’historien qu’il conduit et les combats qu’il mène résolument envers et contre tout, pour la survie de notre Patrie, alors même qu’elle fait aujourd’hui face à des défis aussi inédits que mortels. L’agression physique dont il a récemment été victime, constitue l’exemple de ce à quoi Éric Zemmour est confronté depuis plusieurs années. Cela n’est cependant que l’arbre qui cache une forêt d’agressions verbales et d’écrits malveillants. Dans notre pays bien évidemment et fort heureusement jusqu’à présent, chacun est libre s’il ne partage pas ses idées, de combattre l’essayiste par la pensée, les écrits et les arguments. En revanche, le harcèlement moral et les invectives répétées qu’il subit sont vils et méprisables. 

Parmi les patriotes qui, quelles que soient leurs idées, respectent Éric Zemmour, figurent aussi des militaires actuels ou anciens de la Gendarmerie par le seul fait de leur engagement. Ils reconnaissent l’homme et ses engagements pour la France, son travail, son courage, son humour et sa grande dignité. En revanche, ils sont parfois agacés par la façon dont Éric Zemmour méconnaît l’importance et l’expertise première de la Gendarmerie dans le domaine du maintien et du rétablissement de l’ordre public.

En revanche, ils sont parfois agacés par la façon dont Éric Zemmour méconnaît l’importance et l’expertise première de la Gendarmerie dans le domaine du maintien et du rétablissement de l’ordre public.

Éric Zemmour intervient avec compétence et brio à la télévision. Il est ainsi conduit à commenter la très riche actualité d’ordre public qui agite malheureusement notre pays depuis plus de trois ans. Or de ses commentaires ressortent un certain nombre d’inexactitudes et d’omissions qu’il importe de clarifier.

En premier lieu, l’expertise de la Gendarmerie dans le domaine de la sécurité publique générale, y compris urbaine et périurbaine, remonte à 8 siècles. Héritière de la “Maréchaussée de France”, force militaire créée au moment de la Guerre de Cent Ans, elle fut pendant des siècles le seul corps exerçant dans notre pays des fonctions de police. Nous fêterons d’ailleurs cette année le tricentenaire du maillage de notre territoire national par l’implantation permanente des brigades de Gendarmerie, en ville comme en campagne. 

En second lieu et s’agissant du maintien de l’ordre, volet majeur de la mission de sécurité car contribuant à la cohésion du corps social, la première force professionnelle spécifiquement dédiée fut la Gendarmerie mobile créée à cet effet dès 1921 par le Tigre, Georges Clémenceau. Elle ne sera rejointe par les compagnies républicaines de sécurité, sur ce domaine d’activité qu’en 1946. 

Par sa disponibilité, la Gendarmerie mobile est depuis sa création omniprésente dans les grands centres urbains, notamment sur la plaque parisienne comme ce fut le cas durant la crise des gilets jaunes, où elle a démontré une fois de plus sa très grande maîtrise dans l’usage de la force. Dans les grandes opérations d’ordre public elle est généralement majoritaire. Faut-il le rappeler, la Gendarmerie a d’ailleurs assumé la conception et la direction d’opérations nationales et de dimension internationale des plus risquées et des plus complexes, au premier rang desquelles le sommet du G8 à Evian en 2003, le sommet de l’OTAN en 2009 à Strasbourg, le 75ème anniversaire du débarquement ou l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes. Et tant d’autres encore.

Entretenue y compris dans les périodes de calme par la présence outre-mer et en opérations extérieures de ses escadrons, la Gendarmerie mobile dispose d’une expertise sans équivalent et reconnue comme telle sur le plan international. Le Centre National d’Entraînement des Forces de Gendarmerie de Saint-Astier, centre d’excellence européen d’ordre public, est d’ailleurs l’organe de formation vers lequel se tournent les forces les plus modernes et les plus performantes, jusqu’au Marines américains. 

De plus, les escadrons de Gendarmerie mobile sont avec les unités de Police allemande, les seules unités de maintien de l’ordre disposant en leur sein d’une composante intervention apte à agir non seulement dans le rétablissement de l’ordre complexe, mais également dans l’appui à la police judiciaire, l’interpellation de forcenés et d’individus dangereux, ou encore le franchissement opérationnel.

Force militaire, la Gendarmerie mobile dispose d’une expertise tactique et d’une aptitude à la manœuvre découlant d’une part de la formation militaire de tous ces membres, d’autre part de la présence de nombreux officiers brevetés de l’école de guerre à la tête de ses groupements. Les escadrons de Gendarmerie mobile sont les seules unités professionnelles de maintien de l’ordre, à être évaluées sans complaisance aucune tous les 18 mois, à la faveur de 2 semaines d’exercices diurnes et nocturnes aussi exigeants qu’ininterrompus.

Enfin, la Gendarmerie mobile dispose d’une aptitude unique aux confrontations de haute intensité, acquise en Indochine, en Algérie, et plus récemment au Kosovo, en Côte d’Ivoire, en Afghanistan et en Centrafrique.

A titre personnel je soutiens sans réserve Éric Zemmour et lui exprime ma profonde et très sincère admiration. Son engagement et son amour de la France font échos à ceux de Marc Bloch. Cependant, j’espère que ce court message sera lu et ne lui fasse plus minorer à l’avenir, l’action de la Gendarmerie dans le maintien et la restauration de la sécurité publique de nos compatriotes, première des libertés, puisque condition sine qua non de l’exercice des toutes les autres.

(1) Philippe Cholous, colonel en retraite a écrit cette tribune à titre personnel et ses écrits n’engagent pas la Gendarmerie.

(2) aux éditions Lavauzelle.

1 COMMENT

  1. Excellent témoignage qui a le mérite de nous instruire sur la constitution et les missions de la gendarmerie. Une mise au point bienvenue dans le contexte actuel.
    Nous devons à ces forces de l’ordre leur interposition entre les agressions et nos intégrités physiques . Les risques pris, parfois jusqu’au sacrifice de leur vie, justifient toute notre reconnaissance et notre respect, sans aucune réserve.
    Le soutien apporté à Eric Zemmour nous conforte dans l’idée que sa parole tant décriée est porteuse de vérités dérangeantes. Sa grande culture et sa puissance de réflexion le portent à nous définir des situations d’avant-garde bien souvent incomprises. Cette aventure intellectuelle le conduit vers bien des chausses-trappes tendues par les moins ouverts. Cette inculture manifeste de certaines de nos « élites » renforce notre conviction, sa présence est indispensable au maintien d’une certaine dignité de la France, à regret dérivante . Les enquêtes internationales en témoignent.
    Mon Colonel, merci pour ce témoignage à double effets.
    Bonnes et heureuses fêtes de fin d’année
    J.F.L.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here