Terrorisme : une loi pour autoriser les militaires d’active à porter une arme hors service

Jean-Louis Thiérot est membre de la commission de la Défense (Photo Facebook Jean-Louis Thiérot)

Le député Jean-Louis Thiériot (LR-Seine-et-Marne), membre de la commission de la Défense nationale présente avec d’autres parlementaires une proposition de loi pour autoriser les militaires d’active à porter et à faire usage de leur arme individuelle de service en dehors de leurs heures normales de service afin de leur permettre d’intervenir en cas d’attaque terroriste. C’est déjà le cas pour les Gendarmes et policiers.

Sur le même thème : Emploi, décorations, SNU, armement à domicile : entretien avec le général Olivier Kim, commandant des réserves

Sauver des vies suppose d’avoir des primo‑intervenants armés et leur rôle est stratégique pour limiter le nombre de victimes mais les moyens humains des forces de sécurité intérieure et des forces armées déployées sur le territoire national dans le cadre de l’opération sentinelle ne sont pas extensibles pour parer à la menace qui peut surgir en tout lieu et à tout moment » argumente le parlementaire dans sa proposition déposée ce 17 novembre.

Face à l’imprévisibilité de l’attaque, notre capacité de riposte se doit d’être plus imprévisible encore” estime ce député membre de la commission de la Défense nationale.

Pour Jean-Louis Thiériot, cette disposition emporterait deux avantages, à la fois numérique et stratégique”

En effet, avance t-il, “un tel dispositif permettrait d’une part de multiplier à coût zéro le nombre d’hommes entraînés et armés capables d’intervenir immédiatement en cas d’attaque terroriste”.

la présence aléatoire de militaires dans le cadre de leurs déplacements personnels en tous lieux du territoire permettrait de répondre à l’imprévisibilité des attaques terroristes et d’inverser l’effet de surprise à notre avantage”.

Jean-Louis Thiériot

Dans la mesure où policiers et Gendarmes sont légalement autorisés à porter et à faire usage de leurs armes de dotation en dehors de leur service, aucun principe ne s’oppose à ce que ce bénéfice soit étendu aux militaires non‑gendarmes sur le territoire national” avance encore le parlementaire.

Un officier réserviste propose d’autoriser les anciens militaires, Gendarmes et policiers à porter une arme

Cette proposition déposée le 17 novembre survient alors qu’un officier réserviste opérationnel des Alpes-Maritimes, ancien Gendarme d’active, a proposé à plusieurs députés de la majorité comme de l’opposition de travailler à une proposition de loi visant à autoriser les anciens militaires des armées et de la Gendarmerie, et de la Police nationale, en premier lieu les réservistes opérationnels, à porter une arme personnelle.

Cela permettrait, explique cet officier, à ces anciens militaires, Gendarmes ou policiers d’intervenir en cas d’attaque terroriste s’ils ont leur arme sur eux.

Le réserviste assortit son projet de diverses conditions et restrictions.

Le député Michel Vialay -co signataire de la proposition de Jean-Louis Thiérot, – avait déposé une proposition de loi en 2019 qui visait à “autoriser le port d’arme aux policiers, gendarmes et militaires, qu’ils soient retraités ou qu’ils soient en activité mais en dehors de leurs heures de service« .

De son côté, la Gendarmerie, réfléchit à permettre à certains de ses réservistes opérationnels, à détenir leur arme de service à domicile.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here