Une générale de Gendarmerie française à la tête de la police de la Minusma au Mali

Patricia Boughani alors colonelle (Photo DR)

La générale de Gendarmerie française Patricia Boughani prendra en janvier prochain le commandement au Mali de la police de la Minusma, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation. Il s’agit selon l’ONU “de la plus grande composante Police des Nations unies.”

Sur le même thème : Exclusif : découvrez le cru 2020 des généraux de Gendarmerie

Cette nomination est une vraie reconnaissance pour la France et la Gendarmerie. La générale Boughani qui sera au passage la première femme à diriger cette composante au Mali succédera à Issoufou Yacouba, un commissaire de police Nigérien passé par l’école nationale nationale supérieure de police (ENSP) de Saint-Cyr au Mont d’or (Rhône).

Patricia Boughani été chargée de mission à l’ONU à New-York

Patricia Boughani – son autre prénom est Bettina- actuellement chargée de mission à la DGGN n’a pas été choisie par hasard, car elle connaît bien les Nations Unies. Elle a en effet été chargée de mission “sécurité intérieure” à la représentation permanente de la France auprès des Nations Unies.

La colonelle Boughani en 2016 (Photo DC)

La Minusma, qui réunit près de 1.700 policiers de 29 pays, a été créée par la résolution 2100 du Conseil de sécurité des Nations Unies du 25 avril 2013, “pour appuyer le processus politique dans ce pays et effectuer un certain nombre de tâches d’ordre sécuritaire. Le Conseil de sécurité a demandé à la MINUSMA d’aider les autorités de transition maliennes à stabiliser le pays et à appliquer la feuille de route pour la transition au Mali”.

C’est le bureau du porte-parole du secrétaire général de l’ONU à New-York qui a annoncé cette nomination.

Une “glouglou” recrutée au grade de capitaine

Agée de 53 ans, la générale Patricia Boughani est la fille d’un sous-officier de l’armée de terre, et soeur d’un Gendarme auxiliaire ayant effectué son service dans la Gendarmerie des transports aériens.(GTA)

Cette “glouglou”, appellation des élèves de l’EMCTA, l’école militaire du corps technique et administratif – intégrée avec l’École militaire supérieure d’administration et de management  (ENSAM) en 2010 au sein de l’école d’administration militaire (EAM), dissoute en, 2013 à l’école des commissaires des armées, a d’abord servi dans l’armée de Terre notamment à la direction du Service national.

À la tête d’un escadron de gendarmerie mobile

Elle est entrée en Gendarmerie par le biais du concours des officiers des armes, (OA), au grade de capitaine.

Diplômée de l’EOGN, cette grande sportive, marathonienne, championne de course à pied, a été une des premières officières à commander un escadron de gendarmerie mobile, le 11/2 de Bouliac (33).

Elle a ensuite été chef de section à l’EOGN pendant 4 ans, cheffe de la dominante maintien de l’ordre, avant de commander la compagnie de Toulouse-Saint-Michel, l’une des plus grosses de France avec près de 240 militaires.

Elle a ensuite rejoint la direction générale comme chef de section financements européens puis a intégré la filière internationale comme chef du bureau Union européenne à la direction de la coopération internationale (DCI). C »est ensuite qu’elle est partie aux USA comme chargée de mission à l’ONU.

En 2016, brevetée de l’École de guerre, elle a commandé l’un deux groupements de la Gendarmerie des transports aériens, le sud à Aix-en-Provence.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here