Un important trafic de drogue et de blanchiment d’argent vient d’être démantelé par la section de recherches (SR) de la Gendarmerie de Lyon (69) avec celles de Montpellier, Nîmes et Chambéry. Ce trafic estimé à 90 millions d’euros par an entre la France et le Maroc met fin à 18 mois d’enquête conjointe avec Europol. Au total, ce sont 18 individus qui ont été interpellés, 4 millions d’euros saisis et un réseau criminel entièrement démantelé.

Un réseau blanchissant 90 millions d’euros par an

Les interventions successives de la SR de Lyon et d’Europol ont mené à la mise hors circuit du réseau criminel. Selon le communiqué de presse d’Europol, l’intervention permit la saisie de :

  • 37 kg de cannabis
  • 5 kg de cocaïne
  • 2,5 millions d’euros en espèces et plusieurs comptes bancaires
  • 9 véhicules
  • deux fusils et un pistolet automatique
  • trois appartements

Pour les enquêteurs d’Europol, le réseau criminel blanchissait 90 millions d’euros par an. Quatorze individus ont été interpellés et quatre sont actuellement sous contrôle judiciaire.

Un trafic organisé avec un réseau de collecte

L’affaire, baptisée “Cash Collect” par les enquêteurs, débute en 2018 grâce à un tuyau de la SR de Lyon.

Les multiples surveillances et filatures des Gendarmes Lyonnais permettent la découverte d’une flotte de quinze poids lourds immatriculés au Maroc. Ces derniers servaient au transport de marchandises mais également de l’argent de trafiquants de drogue connus des forces de l’ordre. Le but était de collecter l’argent sale des trafiquants et de le faire transiter depuis la France vers le Maroc via l’Espagne.

«L’argent était dans des cabas de supermarchés bien empaqueté en liasses avec un carnet de compte dans la cabine du conducteur, sans cache»

Colonel Laurent Lesaffre, commandant de la SR de Lyon

L’argent était convoyé dans des voitures qui passait la frontière avec de grosses somme d’argent.

Une cellule d’enquête performante à grande échelle

C’est un an après le début de l’enquête qu’une cellule regroupant plusieurs sections de recherches est créée. Parmi elles, les SR de Lyon, Montpellier, Nîmes et Chambéry. Europol s’associe à la cellule et permet d’échanger des renseignements cruciaux pour l’avancement de l’enquête. “Tout au long de l’enquête, Europol a fourni un soutien opérationnel et d’analyse, y compris des contrôles croisés d’informations”, souligne l’agence.

En septembre 2019, avec l’aide d’Europol, les enquêteurs de la SR de Lyon et de Montpellier avaient intercepté une voiture avant la frontière franco-espagnole. Ils interpellent deux membres de la même famille et saisissent 2 200 000 euros. D’abord deux millions d’euros en liquide dans le coffre puis 200 000 sur des comptes bancaires.

Lundi 2 novembre à Sète, Frontignan et Saint-Jean-de-Vedas, une descente permet l’arrestation de trois individus impliqués dans le trafic. Les perquisitions permettent en ce moment de saisir des produits stupéfiants, des villas, appartements et des comptes bancaires pour un montant total de 700 000 €.

Les perquisitions se poursuivent toujours en ce moment même. La fin de cette enquête illustre parfaitement l’efficacité d’une force conjointe entre les différents services de Gendarmerie Français et Européens.

Sur le même thème : Un trafic de drogue via Snapchat démantelé en Loire-Atlantique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here