Les images choc de la caserne de Saint-Martin Vésubie, emportée par Alex (vidéo)

Capture d'écran France 3

La caserne abritant la brigade de Gendarmerie de Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes) est détruite en grande partie et les familles ont été évacuées. Le bâtiment abritant les bureaux s’est effondré et a été emporté par les eaux du Boréon, un torrent qui descend de la montagne et qui alimente le lac éponyme situé à côté du Parc Alpha qui accueille des loups, d’ailleurs échappés.

Sur le même thème : Tempête Alex : le Gendarme retrouvé sain et sauf témoigne

Le bâtiment des familles, n’a pas été emporté mais a souffert et menace de s’écrouler. « Il est inhabitable » a précisé à la Voix du Gendarme un officier du groupement des Alpes-Maritimes.

Du coup, les militaires et leurs familles, dont celle du commandant de brigade retrouvé vivant, ont été évacués par hélicoptère. Ils ont été relogés dans une autre caserne du département à Nice.

La caserne de Gendarmerie à O.40

La Gendarmerie des Alpes-Maritimes se mobilise pour les aider au niveau matériel car ces familles ont du tout abandonner sur place.

La caserne emportée comme un fétu de paille

Les bâtiments vont être gardés en permanence par des Gendarmes et les militaires ont eu le temps d’évacuer le matériel sensible situé dans la caserne avant l’effondrement.

Dès vendredi soir, un mur des soutènement de la caserne a commencé à menacer de s’écrouler et les Gendarmes ont eu le temps de quitter les bureaux en mettant à l’abri le matériel sensible.

Le bâtiment principal a été emporté comme un fétu de paille comme en témoignent les photos et les vidéos.

La caserne de Saint-Martin Vésubie (compagnie de Puget-Theniers) date de 1993, appartient à la mairie et était en bon état.

Plus de 500 Gendarmes engagés

Malgré ce drame, les Gendarmes des Alpes-Maritimes ont oeuvré toute la journée aux côtés des autres services de secours.

 Dès le début des intempéries, plus de 500 Gendarmes sont mobilisés pour porter secours aux sinistrés et assurer la sécurisation des lieux relate GendInfo.fr. Des hélicoptères, des sauveteurs en montagne, des plongeurs, des gendarmes des transports aériens ou encore des équipes cynophiles spécialisées dans le pistage ont été engagés afin de participer à la protection des individus, aux recherches des personnes et à la sécurisation des zones sinistrées. Le directeur général, le général d’armée Christian Rodriguez s’est rendu sur place au centre opérationnel départemental.

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here