Dix mois ferme pour un chauffard ayant foncé sur les Gendarmes

controle routier
(Photo d'illustration ACSPMG pour LVDG)

Un chauffard ayant provoqué un usage des armes par un Gendarme à Chalezeule (Doubs) après avoir refusé d’obtempérer pendant la nuit du nouvel an dernier a été condamné à dix mois de prison ferme. Le tribunal correctionnel de Besançon l’a jugé vendredi 25 septembre après un premier renvoi. Le parquet en estimant que ce délinquant récidiviste affichant 25 condamnations au casier judiciaire et n’ayant jamais eu le permis “n’intègre aucune décision de justice” avait requis 10 mois ferme précise l’Est républicain.

Le prévenu qui a expliqué à la barre “avoir pris la fuite car il a eu peur », a été maintenu en détention et se voit également interdire une interdiction de port d’arme pendant cinq ans.

Sur le même sujet : Le colonel Tavart décoré de la médaille de la Gendarmerie pour une ouverture du feu sur un délinquant fonçant sur les Gendarmes

Les faits remontent au 1er janvier 2020 lors d’un contrôle des conduites addictives par le groupement du Doubs en présence du directeur de cabinet du préfet.

Deux postes sont mis en place par l’EDSR de Besancon, la Cob de Besancon-Tarragnoz et le PSIG au niveau de Chalezeule.
À 7 heures, alors qu’il effectue le tour des postes à bord d’un véhicule banalisé de dotation, le colonel Frantz Tavart, – désormais commandant du groupement du Pas-de-Calais- a son attention attirée par le comportement du conducteur d’une Volkswagen Polo qui éteint ses phares à l’approche d’un barrage et accélère dangereusement en direction des Gendarmes.

Le colonel tire à deux reprises sur les pneus de la voiture du chauffard

Le conducteur refuse alors d’obtempérer et fait un demi-tour pour s’échapper. Dans cette manœuvre, il franchit un talus et menace de percuter l’officier qui est sorti de son véhicule. Ce dernier craint en effet alors qu’il fait nuit et qu’un épais brouillard est tombé, que dans sa fuite le fuyard ne percute des Gendarmes situés à 250 mètres de là sur un point de contrôle.

Le militaire fait alors usage de son arme à deux reprises en direction du pneumatique avant gauche, sans pouvoir le stopper.

Le véhicule poursuit néanmoins sa route et arrive alors à très vive allure sur le barrage qu’il force. Alertés par les détonations, les Gendarmes présents sur la chaussée ont le temps de s’écarter et de se préparer à l’usage du stop-stick (herse) qui stoppe le véhicule dont trois des quatre occupants sont interpellés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here