In Mémoriam : ils et elles nous ont quittés en juillet

Bougie la Voix du Gendarme

Plusieurs camarades de la Gendarmerie ou veuves de Gendarmes, nous ont quittés dernièrement. La Voix du Gendarme adresse ses condoléances aux familles et aux proches des défunts.

Lire sur le même thème : In Mémoriam : ils et elles nous ont quitté en juin

Lot-et-Garonne (47)- major (ER) Alain Dubor

Guy de Marchi, président de l’union départementale de Lot-et-Garonne a le regret de vous faire part du décès le 11 juillet à Agen  de Alain Dubor, 78 ans, major retraité de la Gendarmerie demeurant à Casteljaloux (47700). Il était médaillé militaire et titulaire de la médaille d’honneur de l’UNPRG.

Ses obsèques seront célébrées le 17 juillet 2020 à 10h00 église de Casteljaloux suivie de l’inhumation au cimetière de la ville

Gironde (33) – adjudant-chef (ER) Maurice Guimbard, résistant, chevalier de la Légion d’honneur

Christian Gleizes, secrétaire général de l’Union départementale de l’UNPRG de la Gironde fait part du décès le 13 juillet de Monsieur Maurice Guimbard, à l’âge de 102 ans.

Il était né le 7 décembre 1917 à Courcoury (Charente-Maritime).

Il était titulaire de nombreuses décorations et notamment chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire et chevalier de l’ordre national du Mérite.

Selon les volontés du défunt qui ne souhaitait pas de cérémonies religieuses et militaires, ses obsèques ont eu lieu dans la plus stricte intimité familiale le vendredi 17 juillet 2020 à 14 heures au crématorium de Mergnac (Gironde).

Avec l’accord de la famille, une cérémonie sera organisée ultérieurement lors du dépôt de la plaque UNPRG sur le caveau familial.

Maurice Guimbard a eu une carrière militaire très riche en événements.

Engagé volontaire dès 1937 il servi dans un régiment de chars pendant la guerre 39/40. Démobilisé, afin d’échapper au STO il intègre la Gendarmerie et il est affecté à la brigade de Royan (17). Ses activités de renseignements avec la Résistance  le conduisent à s’exfiltrer avant son arrestation et il rejoint le maquis de Nontron (24).

Considéré comme déserteur, il sera condamné à mort par le régime de Vichy. Il ne pourra réintégrer la Gendarmerie qu’en 1949 et déroulera une brillante carrière de sous-officier, notamment en brigade de recherches. 

Affecté à la brigade du fichier du groupement de Gendarmerie de la Gironde suite à une grave blessure en service alors qu’il commandait la brigade de recherches de Bordeaux, il a terminé sa carrière avec le grade d’adjudant-chef. 

En 2015, la médaille de l’UNPRG lui avait été remise.

En 2017, le Président Joël Dartois et les membres du bureau de l’UNPRG de la Gironde avaient répondu à l’invitation pour fêter son centenaire avec toute sa famille.

L’année dernière, le couple avait fêté les 80 ans de mariage.

Doté d’une excellente mémoire, il avait un réel plaisir à raconter ses nombreuses actions vécues au cours de sa longue carrière militaire.

Maurice Guimbard était un exemple.

Drôme (26) – Louis Veillat

Jean-Jacques Tamboise, président de l’Union départementale de la Drôme a le regret de faire part du décès le le 26 juillet à Bourg-de-Péage de Louis Veillat, 99 ans.

Louis est né le 15 juillet 1921 à Narcy (Nièvre). Il est issu d’une famille modeste et a deux frères et sœurs. Après l’école communale et le collège, il s’investit dans le domaine familial consacré à l’agriculture. 

En 1941, Louis a 20 ans et la guerre et décide de s’engager.
En toute discrétion, il laisse un mot à ses parents “je pars” et rejoint Oran en Algérie ou il s’engage dans l’Armée d’Afrique. Il est affecté au 2ème régiment des chasseurs d’Afrique.
En août 1944, il participe au débarquement de Provence à Saint-Raphaël puis à la libération de Marseille. Ensuite c’est la remontée de la vallée du Rhône, puis l’Alsace ou il est blessé puis hospitalisé. 
Libéré de ses obligations militaires, il rejoint le domaine familial. En 1946, il épouse Louisette Maffre qu’il a connue en Algérie. De leur union sont nés deux enfants, Monique et Yvon. 
Après quelques années, il décide de s’engager en Gendarmerie. Après le stage de formation à Chaumont, il est affecté dans un escadron de Gendarmerie mobile en Algérie.  Après 1962, il est affecté à l’escadron de Héricourt (70). En 1968, à l’occasion de sa promotion au grade supérieur, il est muté à l’escadron de Romans Sur Isère (26) où il termine sa carrière militaire en 1976. 
Après un emploi occupé dans le secteur civil pendant quelques années, il prendra sa retraite dans sa maison des Ors à Romans-sur-Isère.
Son épouse est décédée en 2005 et suite à un handicap consécutif à une mauvaise chute, il était hébergé à la maison de retraite « Les minimes » à Bourg-de-Péage. (26)

Louis Veillat était titulaire de la médaille militaire, de la croix du combattant volontaire, de la la médaille des blessés et d’une citation à l’ordre du régiment pour acte de bravoure au combat.   

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here