Le message du chef est fort et clair. Le directeur général de la Gendarmerie réagit à l’affaire Adama Traoré qui empoisonne l’actualité en s’adressant aux personnels sur son blog. Renouvelant son soutien total et sa confiance aux Gendarmes, ceux concernés par l’affaire et tous les autres, il assène que les affaires Traoré et Georges Floyd ne sont comparables en rien. Le général Christian Rodriguez affirme que “ le service de la population, de toute la population, est la raison même de l’engagement des Gendarmes .”

Sur le même thème : La famille Traoré veut importer l’affaire Floyd en France dénonce l’avocat des Gendarmes

Sans vouloir faire de commentaire sur l’enquête judiciaire en cours, le Dg a adressé et renouvelle “ tout son soutien et toute sa confiance aux camarades impliqués, ainsi qu’à leurs familles, qui traversent une période particulièrement difficile au plan humain.”

“ Le respect de leur présomption d’innocence est un principe indépassable et je rappelle également que l’intervention de nos camarades s’est faite dans un cadre légitime et sous la direction des magistrats ” écrit le général Rodriguez.

“ Cette intervention fut suivie de plusieurs nuits d’émeutes, de dizaines de coups de feu contre les forces de l’ordre, au cours desquelles les gendarmes ne cédèrent à aucune provocation, cela constitue la meilleure réponse à nos détracteurs. ” poursuit le chef des Gendarmes qui “ réaffirme sa confiance à vous tous et à vous toutes ”.

Jamais je céderai aux amalgames

Mais surtout le patron des 1250000 Gendarmes lance un message fort à l’adresse de tous ceux qui exploitent cette affaire dans des buts inavouables et défend la Gendarmerie de tout son poids en réponse aux tentations sournoises de ceux et celles qui seraient tentés d’insinuer que la mort d’Adama Traoré serait un acte raciste.

Jamais je ne céderai aux amalgames. Car non, les circonstances entourant le décès d’Adama Traoré en France et de George Floyd aux Etats-Unis ne sont comparables en rien ! Le décès d’un homme est toujours un drame et il est indispensable d’éviter les comparaisons hâtives, comme toute forme d’instrumentalisation « 

De même, jamais je ne laisserai passer ni s’imposer l’idée selon laquelle la gendarmerie serait un collectif violent et s’en prendrait à la population, pire, à une partie de la population. C’est un contresens absolu. Le service de la population, de toute la population, est la raison même de notre engagement.

La Gendarmerie est même une formidable machine à produire du lien social, comme vous venez de le démontrer encore plus de deux mois durant. Alors ayez confiance en nos principes, ayez confiance en vous ” conclut le général Rodriguez en renouvelant ses pensées “pour les camarades du Val d’Oise actuellement sur le terrain ”.

6 COMMENTS

  1. Ces derniers jours les gendarmes et les policiers sont scandalisés de leur stigmatisation qui s’épand sous couvert d’événements internationaux d’ordre public, de manifestations antiracistes, d’enquête judiciaire à l’instruction, comparables en rien. Une lutte contre le racisme qui s’exprime trop fréquemment de manière hystérique et caricaturale. La liberté de s’exprimer, de manifester est un droit fondamental et inaliénable, elle n’autorise pas à faire ce que l’on veut notamment pour le goût du buzz, à nuire en stigmatisant des hommes et des femmes qui oeuvrent au quotidien à la sécurité de tous au péril de leur vie. Il est du devoir de l’État de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour les défendre contre les agressions, les insultes et interdire toute diffusion ou toute publication de propos haineux.
    Interrogé sur les violences policières, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a affirmé mercredi 3 juin au Sénat qu’il allait « faire en sorte que chaque faute, chaque excès, chaque mot, y compris des expressions racistes, fassent l’objet d’une enquête, fassent l’objet d’une décision, fassent l’objet d’une sanction ». Les policiers et les gendarmes comptent sur son soutien indéfectible pour construire le meilleur pour la police et la gendarmerie de demain. Malgré les violences, malgré les atteintes, la République tient, et les gendarmes et les policiers y sont pour beaucoup.

  2. – Adama Traoré s’est enfui, Georges Floyd n’a pas résisté à son interpellation
    – AT n’avait pas la conscience tranquille, GF était rangé depuis 2014
    – AT a été plaqué, GF a été étranglé
    – Le policier qui coursait AT a été agressé, celui qui a tué GF n’a pas une égratignure
    – AT a fait un malaise au cours d’une interpellation, GF a été étranglé de longues minutes alors qu’il était déjà inconscient
    – La sœur d’AT est complaisante avec les violences des manifestants, le frère de GF les combat

    La responsabilité des gendarmes qui ont interpellé Traoré est donc peut-être engagée, et des zones d’ombre restent surement à éclaircir. Mais le rapprochement avec les événements aux USA ne peut être défendu que par des extrémistes plus soucieux de casser du flic que d’obtenir la vérité.

  3. Toute la différence résumée entre la police soumise aux contingences politiques clientelistes d’un ministre de l’intérieur et le soutien du directeur de la gendarmerie dont l’esprit de corps fait honneur à ses traditions.

  4. Les forces de l’ordre injustement accusées dans l’exercice de leurs fonctions devraient sortir de leur obligation de réserve. Utilisez les réseaux sociaux pour montrer à la vue de tous le dangereux fléau grandissant de la délinquance et sa large impunité, noirs ou blancs. Le peuple dans sa majorité absolue vous soutiendra.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here