Un trafic de drogue via Snapchat démantelé en Loire-Atlantique

Les Gendarmes de Loire-Atlantique viennent de démanteler un trafic de drogue en plein confinement. Les suspects utilisaient le réseau social Snapchat.

Sur le même thème : Deux go-fast en 10 jours au tableau de chasse du GIGN!

C’est GendInfo.fr qui relate ce trafic organisé avec un moyen inédit: le réseau social très prisé des adolescents et jeunes adultes Snapchat. Les cinq suspects, qui trafiquaient dans le secteur de Tignac ont été interpellés le 23 avril par les Gendarmes de la brigade de recherches de Saint-Nazaire et de la brigade de Montoir-de-Bretagne, avec l’appui notamment du Peloton de surveillance et d’intervention de gendarmerie (Psig) de Saint-Nazaire.

Cette enquête débute après un contrôle par une patrouille en deux-roues MP3 du PSIG de Saint-Nazaire le 20 avril de deux jeunes filles à pied. Elles viennent d’acquérir trois boulettes de résine de cannabis auprès d’un individu à la suite d’une transaction via un groupe de discussion sur Snapchat.

Des transactions via Snapchat

Les investigations de la BR de Saint-Nazaire, aidée de la brigade de Montoir-de-Bretagne, confirment l’existence d’un trafic. Celui-ci est organisé autour d’un point de vente installé dans un hall d’immeuble.

Sa configuration est-elle qu’elle permet multiples itinéraires de fuite en véhicule et à pied.

Plusieurs revendeurs, assistés de guetteurs, mobiles et statiques, sont repérés ainsi que des véhicules pouvant servir de lieu de stockage de la marchandise. Un rapprochement avec la verbalisation pour non respect du confinement les jours précédents de cinq individus connus pour « stups » est fait. Les Gendarmes constatent de nouvelles transactions autour du point de « deal » et passent l’action.

Une équipe drone en renfort

Des stupéfiants prêts à être vendus, 3 200 € numéraire et une arme d’épaule sont découverts lors des perquisitions et le coup de grâce est porté avec la saisie au titre des avoirs criminels d’un véhicule et un téléphone portable haut de gamme.

Le trafic, alimenté depuis la région parisienne était juteux puisque le chiffre d’affaires réalisé entre le 5 mars et le 22 avril s’élève à plus de 48000 €!

Les cinq suspects devaient être présentés au tribunal en vue d’une comparution immédiate.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here