Évacuation et accueil des réfugiés de Mayotte : un nouveau départ en métropole

0
Mayotte-topographic-map-By-Remi-Kaupp-CC-BY-SA-40-Wikimedia-Commons_Q320

La fin de ce mois de février est marquée par le déplacement de plus de 300 réfugiés, pour la plupart originaires des pays de l’Afrique des Grands Lacs. Ils ont été transférés depuis l’île de Mayotte vers l’Hexagone, marquant un tournant significatif dans la gestion de la crise migratoire qui a suscité des tensions locales. Ce mouvement, orchestré par la préfecture de Mayotte, concerne un peu plus de 300 individus du camp de Cavani, reconnus comme demandeurs d’asile, ainsi que 14 autres personnes, précédemment déboutées, qui ont été acheminées vers leurs pays d’origine.

Le groupe a été reçu à Thiverval-Grignon, dans les Yvelines, où un hébergement temporaire leur a été proposé jusqu’à la mi-mars. Ces réfugiés bénéficieront de logements dans des résidences étudiantes d’un domaine appartenant à l’État, ancien site de l’école AgroParisTech jusqu’à 2022. Nadine Gohard, maire de Thiverval-Grignon, a souligné l’importance de l’accueil et de l’intégration de ces individus au sein de la communauté.

L’initiative d’évacuation fait suite à des manifestations et des blocages routiers à Mayotte, déclenchés par l’installation de migrants au stade de Cavani à Mamoudzou, qui ont exacerbé les tensions autour de l’immigration illégale et du droit d’asile. Le démantèlement du camp, entamé fin janvier sous la direction du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, a repris avec une nouvelle vigueur, conduisant à cette opération d’évacuation d’envergure.

Un communiqué de la préfecture a révélé que malgré le démantèlement, environ 400 migrants se trouvaient toujours sur place, tandis qu’un afflux supplémentaire de personnes, cherchant à être évacuées, s’est manifesté, attiré par le succès de l’opération. Parmi eux, une jeune femme de 18 ans, originaire de la République démocratique du Congo (RDC) et survivante de sa famille, a partagé son espoir renouvelé de trouver sécurité et stabilité en France.

Cette initiative intervient juste avant la visite attendue de la nouvelle ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, à Mayotte, soulignant la priorité accordée par le gouvernement à la résolution de la crise migratoire et au soutien des réfugiés en quête d’un avenir meilleur en métropole.

JCV et AFP