Eure-et-Loir : un commandant de PSIG blessé par arme à feu lors d’une interpellation

0

Un Gendarme a été hospitalisé ce mercredi matin suite à une interpellation musclée du PSIG à Chérisy, en Eure-et-Loir (28). Ce dernier a été touché à l’épaule suite à un coup de feu tiré par un individu impliqué dans une affaire de proxénétisme. Par chance, son gilet pare-balles a stoppé l’impact et l’individu a été interpellé.

Sur le même thème : Un Gendarme blessé par un chauffard héroïnomane sans permis

Une interpellation musclée

Il est 8 heures du matin lorsque le Peloton de Surveillance et d’Intervention de Gendarmerie (PSIG) de Lucé intervient à Chérisy, village situé au nord-est de Dreux. L’objectif des Gendarmes : interpeller un individu connu des services de police, suspecté d’être impliqué dans une affaire de proxénétisme.

Alors que les Gendarmes s’approchent du domicile, ils essuient des coup de feu venant de la maison de l’individu. Celui-ci tire avec une arme à travers la porte de son domicile. L’un des tirs touche le commandant du PSIG à l’épaule. Par chance, l’impact est stoppé par son gilet. Précaution oblige, il est directement transporté à l’hôpital avec un autre Gendarme, encore choqué par les coups de feu. Il a été opéré avec succès dès son arrivée à l’hôpital.

Pendant ce temps, le proxénète se réfugie sur son toit avec son chien et se voit encerclé par le peloton d’intervention. Celui-ci jette son arme et se rend. Les Gendarmes l’interpellent et capturent son chien avec l’aide de l’unité cynophile du PSIG de Dreux.

Bilan de l’opération

A la suite de cette interpellation, des armes de poing sont retrouvées au domicile du suspect.

Le ministre de l’Intérieur a exprimé ses vœux de rétablissement, saluant au passage le courage des Gendarmes, confrontés quotidiennement à ce type d’opérations risquées.

Enquête ouverte pour tentative d’homicide

Le procureur de la République de Chartres, Rémi Coutin, a félicité le sang froid et le professionnalisme des Gendarmes pour avoir su interpeller l’individu sans avoir fait usage de leurs armes mais toutefois au péril de la vie de l’un des leurs.

Une procédure pour “tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique” a également été ouverte. L’enquête a été placée sous la direction de la Section de recherches (SR) d’Orléans et de la Brigade de recherches (BR) de Lucé.